Chronique, Science Fiction

La Chose – Georges W. Campbell

La Chose de Georges W. Campbell

En Antarctique, quelque part. Enfoui sous la glace, aux abord d’un artefact aux allures de vaisseau spatial, des scientifiques découvrent un corps congelé — gisant là, sans doute, depuis des millions d’années. Un corps résolument inhumain. Résolument… autre. Le choix est alors fait de ramener la stupéfiante découverte à la station pour étude. Doucement, la gangue de glace autour de la créature commence à fondre, libérant peu à peu cette totale étrangeté à l’aspect terrifiant. Et les questions de traverser l’équipe de chercheurs : qu’est-ce que cette chose ? Comment est-elle arrivée là ? Et après tout, est-elle seulement morte ? N’ont-ils pas mis au jour la plus épouvantable des abominations — une horreur proprement cosmique ?

Science Fiction – Edition Le Belial – 119 pages

.

Un corps congelé a été découvert par une équipe scientifique en Antarctique. Malgré la réticence de quelques uns parmi eux, le corps sera ramené au laboratoire de la station afin qu’il soit décongeler et étudier. Mais une fois à bord les choses tournent mal.

Je ne souhaite pas en dire trop dans mon résumé puisque le roman est très court (119 pages). Cela faisait un moment que les romans des Editions Le Belial me tentaient. De courts romans de science-fiction avec de temps à autre une touche d’horreur je me disais que cela pouvait être intéressant pour moi qui souhaite découvrir la science-fiction (un genre que je ne lis que très peu). Avec un résumé pareil je me disais qu’avec ce bouquin j’allais être transporter dans le monde d’Alien et par conséquent j’avais hâte de le lire. J’ai donc fait un aussitôt acheté aussitôt lu et malheureusement j’ai été quelque peu déçue par ma lecture.

Il faut tout d’abord savoir qu’à l’origine ce récit est paru en 1938 et qu’il est considéré comme l’ouvrage culte de la science-fiction. Il a également inspiré John Carpenter pour le film éponyme. Donc autant dire que déjà la barre était assez haute pour ma part. Si le début m’avait énormément plu, j’ai trouvé qu’au fil des pages l’histoire devenait lourde. En effet, il y a beaucoup de passages scientifiques qui ont fait que l’auteur m’a perdu en cour de route. Pour un classique de la science-fiction j’ai trouvé ce roman assez peu accessible finalement (en tout cas peu accessible pour moi qui suit un peu novice dans le genre). Je n’ai pas spécialement adhéré à la plume de l’auteur ni à la façon dont le récit est construit. La plupart du roman est construit sur des dialogues qui sont assez long et assez descriptifs voir répétitifs pour certains (pour cité un exemple : j’ai trouvé que le débat concernant la décongélation du corps dans la glace et la manière de s’y prendre était long. On dirait que je lisais sans arrêt la même chose à chaque page que je tournais).

Peut-être que ces passages m’auraient moins dérangés s’il n’avait pas été inclus dans les dialogues entre les différents scientifiques. Ensuite, autre point qui m’a dérangé c’est que pour un aussi court bouquin il y a pas mal de personnages et je me suis donc perdue parmi eux. Il m’arrivait parfois de revenir en arrière pour me souvenir de qui était qui. Il est également difficile de s’attacher à des personnages dont on ne sait pas grand chose. Ils ne m’ont donc pas marqué.

J’ai quand même apprécié l’ambiance globale de l’intrigue. Ce côté huis clos paranoïaque qui s’installe au fil des pages m’a plutôt séduite dans l’ensemble. Voir la confiance entre les personnages se perdre petit à petit a instauré une ambiance oppressante. De ce côté là je n’ai pas été déçue. L’ambiance que je cherchais était présente même si parfois les monologues trop scientifiques des personnages venaient un peu entacher tout ça. Malgré ces points plutôt positifs, je ressors quand même, dans l’ensemble, un peu déçue de cette lecture. J’avais misé sur celle-ci pour m’initier au genre mais je l’ai trouvé beaucoup trop complexe pour moi dans l’écriture. J’ai compris l’histoire, j’ai compris ses tenants et ses aboutissants mais l’écriture m’a paru trop complexe pour la novice en science fiction que je suis. Ou alors j’en viens à me demander si ce n’est pas la science fiction en elle-même qui ne me convient pas ?

CarolinaBouquine

Note : 2.5 sur 5.