Chronique, Fantasy/Fantastique, Jeunesse/Aventure, Saga

[Saga] Elia, la passeuse d’âmes – Marie Vareille

Trilogie Elia, la passeuse d’âmes de Marie Vareille.

“Les prophéties ne s’accomplissent que si quelqu’un a suffisamment de courage pour les réaliser”. Elia vit dans une dictature divisée en deux catégories : l’élite, les Kornésiens, et la classe exploitée, réduite en esclavage : les Nosoba. Elia est une Kornésienne. À quinze ans à peine, elle exerce en tant que passeuse d’âmes à l’hôpital de la capitale du pays : elle euthanasie tous ceux qui seraient considérés comme inutiles ou dangereux pour la communauté. Un jour, un jeune Nosoba, de la caste des intouchables parvient à la convaincre de l’aider à s’échapper, alors même qu’elle avait ordre de l’exécuter. Accusée de trahison, Elia s’enfuit…

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Belfond  Genre : Fantasy/Jeunesse ◈ Sortie : Entre 2017 et 2019 ◈ Ma note : 16/20

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Quelques mots sur l’auteure…

Marie Vareille, née le , est une romancière française. Ancienne élève du Lycée Hoche. Elle est diplômée de l’ESCP Europe et de l’Université Cornell. Son troisième ouvrage, Elia, la passeuse d’âmes, sort en . Elle se voit attribuer l’étoile 2016 du meilleur roman jeunesse par le quotidien Le Parisien en , est lauréate 2017 du Prix Pierre Bottero décerné par le festival Les Oniriques, du Prix Les Dévoreurs de Livres, et du Prix de la Peep Maroc. Le tome 2 de cette trilogie, Elia, la passeuse d’âmes Tome 2 : Saison Froide est publié en . La trilogie s’achève avec le dernier tome, Elia, la passeuse d’âmes Tome 3 : Saison Chaude, publié en mars 2019. Elle est également auteur d’un guide pratique Ecrire un roman: Comment devenir écrivain, écrire un livre et le faire publier décrivant méthodes et conseils d’écriture, paru en , et inspiré de sa propre expérience d’écrivain.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Elia, la passeuse d’âmes T1.

Dans cette trilogie, on va suivre Elia, une passeuse d’âmes, qui vit dans un monde où la société est divisée en trois castes. On a les Kornésiens qui représentent l’élite de la société, les Askaris et les Nosoba qui sont ce que l’on peut plus communément appeler les « esclaves » de la société. Elia est, quelque part, une adolescente chanceuse puisqu’elle est Kornésienne. Depuis petite elle baigne dans la richesse et la luxure. Son travail dans la vie est d’être une passeuse d’âmes, autrement dit elle euthanasie les personnes qui ne sont plus utiles à la communauté (personnes âgées, personnes jugées dangereuses etc…). Bien que cette tâche nécessite d’être totalement dénués de sentiments et d’émotions, Elia, l’exécute non sans ressentir une pointe de tristesse. Un jour, on lui demande d’exécuter un jeune Nosoba qui doit avoir son âge. Lorsque le garçon arrive sur un brancard dans sa salle d’euthanasie, elle ne peut s’empêcher de trouver cela injuste. Au moment de procéder à sa mort, le jeune homme se réveille et finira par la convaincre de l’aider à s’échapper. Accusée par la suite de trahison envers sa Communauté, son père, l’aidera à fuir la ville et lui ordonnera de fuir chez les Nosobas.  

Elia et la passeuse d’âmes a été une très bonne lecture pour moi. Ce premier tome était palpitant à souhait et promettait une belle histoire derrière, remplie de rebondissements, de trahisons et de conflits. J’ai tout simplement adoré ! Et j’avoue que je ne m’attendais pas à aimer autant. L’univers proposé par Marie Vareille est simple dans son ensemble. On revient ici au temps où la société était divisée en castes et les habitants y étaient répartis en fonction de leur richesse (référence au Clergé, la Noblesse et le Tiers-Etats). Dans cette saga c’est la même chose, sauf que l’on rajoute en plus la modernité de notre monde actuel. Et cela fonctionne très bien ! L’auteure a su amener ses idées de façon intelligente puisque, petit à petit, au fil des pages, l’on se prend au jeu et l’on plonge totalement dans le quotidien de notre héroïne.

Découvrir l’organisation de cette société assez particulière a été, pour moi, un vrai régal même si, je dois le reconnaître, j’ai eu un peu de mal au début. Je pense que c’est là le petit point noir du roman. J’ai trouvé que Marie Vareille nous plongeait de manière trop brutale dans son univers. Le décor est planté dès la première page. Des mots dont la signification nous parle absolument pas, sont employés par l’auteure et le lecteur se sent un peu perdu. En tout cas, c’est ce que, personnellement, j’ai ressenti. Le début du roman a été un peu compliqué pour moi. L’auteure savait très bien où elle voulait en venir, elle savait très bien de quoi elle parlait, en revanche moi je ne comprenais pas. Il m’a donc fallu un petit temps d’adaptation. Une fois cela fait, j’ai littéralement bouffé ce premier tome. Quelle histoire ! Si vous recherchez de l’action et des rebondissements vous êtes au bon endroit. Autant vous dire que le récit est rythmé et dynamique à souhait. L’univers est très complexe mais cohérent du début à la fin.

Ajouter à cela une héroïne agréable à suivre et à découvrir, ce premier tome est donc forcément une réussite ! En effet, Elia est une jeune femme qui, tout au long du récit ne cesse d’évoluer. C’est une adolescente certes, mais elle est très mature et ne se laisse pas faire. Elle est courageuse, forte et autant vous dire que ces deux qualités ne sont pas superflues quand on voit les épreuves qu’elle va subir. Elle va également découvrir la vie des Nosobas et va se rendre compte qu’il y a une réelle injustice entre leurs deux mondes. Elle va elle même devoir vivre comme une Nosobas, comme une pestiférée, elle qui, à la base est après tout une Kornésienne, une passeuse d’âmes. Elle va rencontrer des personnes toutes aussi intéressantes à suivre les unes que les autres et bien entendu elle va revoir le jeune homme qu’elle a aidé, Solstan, à cause de qui elle a dû dire adieu à son ancienne vie. Je suis contente de voir que dés le premier tome il n’y a pas de romance entre les différents protagonistes. La romance est quelque chose que je n’affectionne pas particulièrement, encore moins si celle-ci n’est pas crédible. Et là, pas de romance ! Oh joie ! Bien qu’elle finira sûrement par arriver, au moins Marie Vareille a eu l’intelligence de ne pas reproduire ce schéma qui ne cesse de m’agacer : coup de foudre dès le premier regard. Merci donc Marie Vareille pour ce choix qui me comble de bonheur ! 

Pour ce qui est de la plume de l’auteure, elle est simple, fluide et efficace. Comme je l’ai dit plus haut, ce livre se bouffe à une vitesse, c’est hallucinant. Je n’ai pas vu le temps passer tellement j’étais absorbée par ma lecture et j’ai d’ailleurs enchaîné le tome 2 tout de suite après avoir terminer ce premier tome. La fin était, certes, prévisible mais le récit étant tellement addictif il me fallait absolument la suite. Après tout, l’issue reste quand même incertaine. J’avais besoin de retrouver le personnage d’Elia, auquel je me suis tout de suite attachée, et ses amis. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir tous ces personnages ainsi que l’univers de l’auteure. J’ai passé un très bon moment de lecture. Ce premier tome est une très belle réussite. Action, rebondissement, trahison, castes, injustices, politiques, amitié, une petite partie des mots qui peuvent résumer ce bouquin prometteur. 

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Elia, la passeuse d’âmes T2, saison froide.

Evidemment, ne lisez pas la suite si vous n’avez pas lu le second tome ou même le premier, sinon vous risquerez d’être spoilé.

Dans ce deuxième tome, l’histoire reprend là où on l’avait laissé dans le tome précédent et l’on continue de suivre notre passeuse d’âmes, Elia. Après avoir intégré le Conclusar en compagnie de Solstan, Elia doit maintenant faire face à de nouvelles épreuves afin de retrouver sa soeur Edeline. Cela ne va pas être bien compliqué puisque dés le premier jour, elle va apercevoir sa petite soeur participant à un combat à mort. Elia n’aura pas le temps de sauver sa soeur qu’elle se fera kidnapper et torturer.

Oui bon, il s’agit d’un résumé plutôt sommaire, je l’avoue. Mais j’essaie de ne pas entrer dans les détails pour ne pas trop spoiler non plus. C’est avec grand plaisir que je me suis replongée dans cet univers qui m’avait tant plu. D’ailleurs je n’ai pas dû attendre longtemps puisque je l’ai enchaîné tout de suite après la fin de ma lecture du premier tome. La plume de Marie Vareille est toujours aussi fluide et addictive. Là, pour le coup, je me suis plongée pleinement dans l’histoire dés le premier chapitre. Dans ce deuxième tome l’univers est un peu plus développé et l’auteure rentre dans le coeur de l’intrigue. Gros point positif dans cette suite c’est que l’on va suivre plusieurs histoires à la fois. En effet, l’auteure alterne les points de vus, par conséquent on suit la vie au Conclusar avec le point de vue d’Elia et Solstan et la vie dans le Secteur Nord avec Tim et Arhia. Et bien évidement de nouveaux personnages vont faire leur apparition comme par exemple Alek et les deux histoires vont finir par se rejoindre d’une façon ou d’une autre. Cette alternance des points de vue n’a fait qu’accentuer l’aspect addictif du récit. Cela apporte de la richesse à l’intrigue et permet au lecteur d’avoir connaissance de tout ce qui se passe et de pouvoir faire des suppositions, de chercher qui sont les gentils et les méchants au final. J’ai adoré tout simplement. 

Pour ce qui est de l’ambiance, j’ai trouvé que Saison froide était beaucoup plus sombre que le premier tome qui posait les bases de l’histoire. Les personnages s’endurcissent et prennent de plus en plus conscience de l’inégalité du monde dans lequel ils vivent et du coup cela augmente leur colère et leur détermination. Les dialogues sont devenus plus froids et plus durs et l’auteure n’hésitent pas à malmener ses personnages. C’est pour cela que, pour moi, ce livre n’est pas à considérer comme un livre jeunesse mais comme uniquement un livre de dystopie. Je dis cela car une personne de mon entourage m’a dit qu’elle n’osait pas se lancer dans cette saga de peur qu’elle soit beaucoup trop jeunesse à son goût. Et je me suis dis qu’elle ne devait pas être la seule à penser ça, du coup je préfère le préciser : pour moi ce livre n’est pas à catégoriser comme étant un livre jeunesse. Ce deuxième tome est brutal et traite de sujets durs et pertinents comme par exemple : la politique, la façon de gouverner un pays, la dictature, la guerre, la révolution, la mort, la torture et j’en passe. Je doute que ce soit très jeunesse tout ça. Cette saga amène vraiment le lecteur à réfléchir et à se poser des questions.

Marie Vareille est vraiment une auteure à suivre. Je pense sincèrement me pencher ses autres romans comme par exemple Là où tu iras j’irai, même si c’est du contemporain et que ce n’est pas trop mon truc j’ai envie d’essayer parce que voilà, j’aime ce qu’elle fait et que son style m’intéresse beaucoup. Pour en revenir à Elia, la passeuse d’âmes, comme je le disais, dans ce deuxième tome l’histoire s’assombrit. Des morts commencent à apparaître et on entre davantage dans le vif du sujet. Des révélations pointent le bout de leur nez et elles sont plutôt excellentes, de quoi maintenir le lecteur dans l’incertitude quant à la suite des événements. Concernant la fin… Alors là… J’ai été plus que scotchée ! Non mais un conseil : ne lisez pas le tome 2 si vous n’avez pas le tome 3 déjà disponible prés de vous dans votre PAL, vous allez mourir sinon !

Pour conclure je dirai que ce deuxième tome est dans la même lancée du premier. L’univers est toujours aussi riche et plein de rebondissements, avec des personnages qui grandissent et qui s’endurcissent. L’atmosphère devient plus sombre et plus pesante. Des choix vont devoir être faits, le suspense est bien là et la fin est à vous arracher les cheveux (dans le bon sens naturellement). L’alternance des points vus donne du dynamisme au récit, pas le temps pour le lecteur de s’ennuyer. L’intrigue est toujours aussi addictive, on en redemande et c’est pour cela que j’ai enchaîné avec le troisième tome.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Elia, la passeuse d’âmes T3 : Saison chaude

Une fois n’est pas coutume, on reprend l’histoire là où on l’avait laissée. Les méchants ont repris le pouvoir et nos héros essaient de mettre fin à la dictature qui s’est installée. Elia doute de plus en plus d’elle même. Elle constate que tous les gens qu’elle aime meurent chacun leur tour. Mais quand elle apprend que Sol n’est pas mort, l’espoir revient.

J’ai trouvé que ce dernier tome avait un début assez lent. En effet, Elia ayant baissé les bras, la jeune femme se laisse vivre et du coup elle perd peu à peu la rage et la force qui l’animaient auparavant. Elle erre dans les rues comme un fantôme, elle n’a plus d’objectif et vit au jour le jour. Cette partie là a été assez longue à lire mais heureusement l’auteure alterne les points de vues et par conséquent le récit garde quand même un bon rythme. Une fois ce petit passage à vide passé Elia retrouve du poil de la bête et notre héroïne courageuse et à l’esprit combatif refait son apparition. A partir de ce moment là, les choses s’accélèrent, s’enchaînent et l’histoire retrouve son côté addictif qui m’avait tant plu dans les deux tomes précédents.

Les personnages secondaires jouent un rôle de plus en plus important dans ce troisième tome. J’ai été plus que ravi de voir que Marie Vareille ne centrait pas tout sur son personnage principal car après tout Elia ne peut pas faire tout toute seule. Solstan, Arhia, Alek et Tim viennent donc, progressivement apporte leur pierre à l’édifice. Chacun va jouer un rôle plus ou moins déterminant dans la suite des événements. Le couple Arhia et Alek va être de plus en plus mis en avant sans pour autant tomber dans de la grosse romance digne d’une tragédie grecque et là encore j’ai envie de dire : Merci Marie Vareille (car oui je suis allergique à la romance trop cul-cul praline et au triangle amoureux). 

Vous l’aurez donc compris, ce troisième et dernier tome et riche et plein d’action. C’est un tome très addictif, comme les deux premiers d’ailleurs. Les choix narratifs fait par l’auteure m’ont énormément plus. J’ai beaucoup aimé cette trilogie, j’ai été surprise dans les trois tomes et j’ai adoré les personnages, tous sans exception. J’ai aussi beaucoup apprécié le fait que l’on alterne les points de vus. La plume de Marie Vareille est simple mais efficace. Ces romans sont dynamiques, pleins d’action, très addictifs, je les conseille à 1000%.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

En résumé…

Elia, la passeuse d’âme est une saga du genre dystopie que je recommande à tous ceux qui aiment ce genre là mais également à ceux qui souhaitent le découvrir. L’univers proposé par l’autrice est très bien amené et très bien construit. Les personnages sont attachants et passionnants à suivre. A aucun moment l’on s’ennuie. Marie Vareille a su garder un bon rythme durant toute son histoire. Il y a de l’action, des rebondissements et des révélations et même un brin de romance, le tout finement dosé, sans en faire des caisses et amené de façon progressive et intelligente. J’ai beaucoup aimé !

Publicités
Chronique, Fantasy/Fantastique, Jeunesse/Aventure, Saga

Saga : La magie de Paris d’Olivier Gay

 

Saga : La magie de Paris d’Olivier Gay

Chloé, élève en seconde, assiste un jour par hasard à un combat à l’épée entre Thomas, un élève d’une autre classe qu’elle connaît à peine, et une sorte de démon. L’adolescente tente d’intervenir mais est blessée et perd connaissance. A son réveil, la créature est morte et Thomas lui explique qu’il est un mage et que sa mission est de repérer et fermer les failles vers le monde des démons.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Castelmore  Genre : Jeunesse/Fantastique ◈ Sortie : Entre 2017 et 2018 ◈ Ma note globale : 16/20

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Quelques mots sur l’auteur…

Olivier Gay, né en  à Grenoble, est un écrivain français de roman policier, de fantasy et fantastique, pour les adultes et pour la jeunesse. Il écrit également des billets d’humeur dans le magazine féminin Cosmo et a collaboré à plus de cent romans pour la Bibliothèque Rose et la Bibliothèque Verte. Autrefois consultant en stratégie marketing à Paris, il vit désormais de sa plume dans le Sud. Son premier roman Les talons hauts rapprochent les filles du ciel remporte en 2012 le prix du premier roman policier du Festival du film policier de Beaune. Son premier roman de fantasy, Le Boucher, est nommé au prix Révélations Futuriales avant d’être repris en intégrale par les éditions Bragelonne. Sa série jeunesse est accueillie avec enthousiasme par la critique.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Quand j’ai vu la trilogie complète à 0.99 cts le tome sur le site Kobo.com lors de la mini OP de décembre, je n’ai pas cherché plus loin et j’ai plongé sur l’occasion. J’avais tellement entendu parler de cette saga que je me suis dis que c’était le moment ou jamais de la découvrir. Et c’était une très belle découverte ! J’ai passé un très bon moment en compagnie de Chloé et ses amis, à tel point que j’ai lu les trois tomes en deux jours, les uns après les autres. Je fais le choix de vous parler de la trilogie dans un seul et même article, vu que je les ai enchaînés.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Tome 1 : Le coeur et le sabre.

Je ne vais pas vous refaire un résumé car je trouve que la quatrième de couverture du tome 1 en dit assez. J’ai trouvé ce premier tome très divertissant. L’univers mit en place par l’auteur dès les premières pages est intéressant et plaisant à découvrir. Ici, on est clairement dans un roman de magie, de cape et d’épée. Alors, dit comme ça on est en droit de penser : « Oh ! Mais c’est du déjà vu tout ça ! » Et bien… Non pas tout à fait ! 

Dans La magie de Paris, les goules existent et des Mages, comme Thomas, doivent veiller à ce qu’elles ne passent pas la frontière du monde des humains. Cela dit, un Mage, même s’il possède des pouvoirs magiques, ne peut pas à lui seul tuer les goules. Il a donc besoin d’un Chevalier. Un personnage qui lui sera entièrement dévoué, qui le protégera et a qui il sera à jamais lié. Notre Chevalier n’est autre que Chloé. Avouez quand même que, déjà là, on revisite un peu le genre non ? Une femme Chevalier qui protège un homme, c’est plutôt pas mal. Moi cela m’a tout de suite emballée ! L’auteur sort un peu des clichés en nous proposant une tout autre vision de la Chevalerie, une version beaucoup plus féminine. J’ai bien aimé le concept même si après sur le fond l’histoire n’est pas d’une très grande originalité. 

J’ai été également séduite par Chloé, qui là encore, n’a rien à voir avec les héroïnes que l’on a l’habitude de voir. Elle n’a pas une plastique de rêve, elle mesure 1m83, elle est plutôt musclée, endurante et pratique l’escrime depuis qu’elle est petite. Avec les garçons ça n’a jamais été le top tout simplement parce qu’elle les fait fuir, trop impressionnés par sa grande taille, et ils n’hésitent pas à la surnommer Le Tank. C’est une jeune fille vraiment spéciale et qui se démarque des autres bien malgré elle. Ajouter à cela un humour tordant, c’est un personnage vraiment attachant. Je l’ai trouvé vraiment intéressante à découvrir. Puis à côté de Chloé, on a Thomas, un lycéen avec un humour d’un gamin de 10 ans. Cela pourrait paraître agaçant à la longue mais bizarrement non. L’auteur a su doser comme il faut cet humour et a su faire de lui un personnage sérieux quand il le fallait et surtout très intelligent. Un petit point cependant m’a fait lever les yeux au ciel plusieurs fois, c’est le fait qu’il cherche à tout prix à cacher la vérité à Chloé. Le début du roman est assez encré la-dessus et du coup cela peut vite devenir lassant. Et puis on a David, personnage assez mystérieux. On ne sait pas grand chose de lui si ce n’est qu’il est un Chevalier avec des pensées un poil machistes. Une femme Chevalier pour lui c’est une abomination, ça ne devrait pas exister et il passe la plupart de son temps à rabaisser Chloé

A côté de ça, on a une plume très simple, j’avoue que je m’attendais à quelque chose de plus travaillée, mais qui reste assez fluide. L’humour occupe une grande place dans ce roman et cela n’est pas pour déplaire bien au contraire. Les pages défilent entre les mains du lecteur sans que ce dernier ne s’en rende compte. Au final, la lecture en devient addictive et plaisante. L’univers de l’auteur est pas mal, même si j’attendais un peu plus de fantaisie là dedans. Je sais pas, il m’a manqué un petit quelque chose, un petit grain de folie pour rendre ma lecture sensationnelle. 

En résumé, j’ai beaucoup aimé ce premier tome et la fin m’a un peu surprise. Avec une fin pareille, il fallait absolument que je lise le tome 2 et c’est ce que j’ai fais dans la foulée. 

Tome 2 : Le calme et la tempête.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Dans ce deuxième tome on reprend l’histoire là où l’avait laissée. J’ai encore une fois apprécié ce deuxième tome mais quelque chose m’a un peu titillée. Une chose qui, j’ai l’impression, devient un incontournable des romans pour adolescents et c’est bien dommage. 

Ce que je craignais est arrivé. Un triangle amoureux commence à se mettre en place. Alors quand bien même il est assez léger, cela m’a un peu agacée de voir Chloé tombant beaucoup trop facilement sous le charme de David, sans pour autant oublier Thomas, avec qui elle partage quelque chose de spéciale. Chloé pour moi c’était l’héroïne pas comme les autres, super « badass » qui défonçait tout. Et là… Elle se laisse envahir par ses sentiments et du coup, elle se retrouve dépasser par les événements et elle même ne sait plus où elle en est. C’était un poil décevant. Je ne suis pas une adepte des triangles amoureux, surtout quand je lis du fantastique ou de la fantasy donc autant vous dire que j’ai soupiré et levé les yeux au ciel plusieurs fois. A côté de ça, on a également les enfantillages de lycéen qui viennent un peu gâcher l’ambiance du roman et qui moi, personnellement, m’a agacé. 

Bon, malgré tout, l’histoire reste attractive. L’univers se met en place, on commence à avoir des réponses à nos questions et l’action est plus que présente. C’est un tome plus sombre que le premier, c’est sur et aussi beaucoup plus dynamique. L’intrigue progresse à grand pas et des révélations sont faites au fil des pages. Le personnage de Cassandre fait son apparition et autant vous dire que tel un ouragan, elle apporte un coup de fouet à l’histoire. On a également toujours cette plume simple mais tout de même efficace, remplit d’humour juste dosé comme il le faut. 

Ce tome 2 était tout aussi sympa que le premier. L’univers reste intéressant et l’intrigue prend petit à petit de l’ampleur, elle ne s’essouffle pas. On a une évolution au niveau des personnages, ils prennent tous en maturité. Petit bémol pour le triangle amoureux qui se forme quand même. En revanche, j’ai trouvé que la fin de ce deuxième tome n’était pas aussi « ouf » que celui du premier. Il appelle moins à la curiosité du lecteur du coup pas de suspense et pas cette sensation de vouloir à tout prix lire la suite.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Tome 3 : Ici et ailleurs.

Un dernier tome que j’ai trouvé un peu en dessous des deux précédents. Je n’ai pas trop été emballée par les péripéties de nos personnages à savoir le basculement dans l’autre monde via la faille. J’ai trouvé que ce retournement de situation était beaucoup trop facile et rapide. Ma lecture a donc été un peu plus laborieuse avec ce troisième tome. L’auteur embarque les lecteurs dans un monde ancré dans la mythologie Égyptienne. J’ai trouvé cela moyen pour ma part. 

En revanche, je reconnais que l’auteur apporte ici des réponses à nos questions. Ce tome est plus complet en matière d’explication et de révélation que les deux précédents (logique en même temps vous allez me dire). Petit à petit les personnages se dévoilent et on apprend à les connaître. Ils évoluent également, notamment la relation entre Chloé et Thomas. L’amour s’installe progressivement entre eux, même si je ne suis pas une grande adepte de la romance, ici ça pouvait passer car on l’auteur ne dévie pas de sa trame principale. 

La conclusion du roman est bonne, même si j’avoue que j’en attendais un petit peu plus. Je ne l’ai pas trouvé bâclée mais elle a été un poil trop facile et trop rapide à mon goût. Mais en dehors de ça, La Magie de Paris reste une saga sympa, que j’ai aimé découvrir et que je recommande. Je préfère ne pas vous en dire plus et vous laisser découvrir cette saga.

Chronique, Fantasy/Fantastique, Saga, Thriller/Policier/Horreur

Another, tome 1 et 2 de Yukito Ayatsuji

Collège de Yomiyama-Nord, 1972. Lorsque Misaki, élève de 3e-3, trouve la mort, les autres élèves de la classe refusent de l’accepter, et font « comme si Misaki était toujours en vie ». Tant et si bien que leur camarade apparaît, pâle mais avec le sourire, sur la photo de classe de fin d’année ! Depuis, la « classe maudite » est le théâtre d’accidents en série, terrifiant élèves aussi bien que professeurs. Et si la 3e-3 était devenue l’antichambre de la mort… ?

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Pika Roman  Genre : Fantastique/Horreur ◈ 341 pages (Tome 1) et 352 pages (Tome 2) ◈ Sortie : 2016 ◈ Ma note : 14/20 (Tome 1) 16/20 (Tome 2)

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Quelques mots sur l’auteur…

Ayatsuji Yukito, de son vrai nom Uchida Naoyuki, est né en 1960 à Kyoto. Pendant ses études à l’université de Kyoto, il fait partie du club des amateurs de romans policiers où il rencontre sa future femme, Ono Fuyumi, qui deviendra elle-même auteur avec notamment la série Les douze royaumes. En 1987, Meurtres dans le Décagone marque ses débuts d’écrivain et constitue le premier volume de sa série de romans policiers Meurtres dans la maisonAyatsuji Yukito remporte en 1992 le grand prix du roman policier japonais avec Meurtres dans la maison aux horloges. Il est connu pour avoir lancé le style « néo-classique » du roman policier japonais qui renoue avec les enquêtes de détectives et les intrigues de logique pure. Il a également signé des scénarios de manga et de séries pour la télévision. 

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

« Another » raconte l’histoire de Kôichi un adolescent malade du poumon qui va effectuer sa rentré scolaire au sein d’un nouveau collège. Qui dit nouveau collège dit aussi nouvelles coutumes. En effet, à Yomiyama-Nord des règles doivent être respectées sinon des choses terribles peuvent arriver aux élèves. C’est donc très rapidement que Kôichi va s’apercevoir que la classe de la 3e-3 n’est pas une classe comme les autres. Une atmosphère mystérieuse plane au dessus de cette classe et notre jeune héros semble être le seul à voir Mei Misaki. Qui est-elle ? Que veut-elle ? Que se passe-t-il dans ce collège ? La classe de la 3e-3 est-elle réellement maudite comme le veut la rumeur ?

Aujourd’hui je vais vous parler des deux tomes et pas uniquement du premier. Tout d’abord, je dois avouer que j’ai préféré le tome 2 au tome 1 et je vais vous expliquer pourquoi.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

J’ai eu un peu de mal à entrer pleinement dans le premier tome. Le début était intrigant mais rapidement on se rend compte que l’auteur tourne un peu autour du pot. Beaucoup de longueurs et de répétitions s’installent au fil des pages et la lecture devient peu à peu ennuyeuse. J’ai également eu beaucoup de mal avec la plume de l’auteur, ou bien cela est dû à la traduction, je ne sais pas, mais je n’ai pas adhérer au langage utilisé. Beaucoup trop de mots « d’hésitation » comme par exemple : Bah, Hum, Ah etc… sont employés dans la narration et cela casse un peu le rythme que peut avoir le roman. Les dialogues occupent une part très importante mais ils sont malheureusement mal amenés et très souvent l’auteur se répète. Par exemple, Kôichi passe son temps à demander à ses camarades ce qui se passe au sein de la classe de la 3é-3 et tous, sans exception, entretiennent le mystère, par conséquent, tous les élèves se répètent et donc tous les dialogues se ressemblent. Cela en devient parfois gênant. J’ai plusieurs fois eu la sensation de lire la même chose, du coup cela s’en ressentait au niveau de ma « motivation » à lire le roman. L’auteur pense entretenir le suspense en faisant cela alors qu’en réalité il perd son lecteur qui finit par se lasser et par s’ennuyer et c’est dommage ! Autre chose qui est agaçant dans ce premier tome c’est l’obsession qu’a Kôichi pour Mei. Il ne l’a vu qu’une seule fois et a échangé qu’une ou deux phrases avec elle et pourtant il en devient accro. Il se met à la poursuivre et à partir à sa recherche à travers toute l’école. J’ai trouvé que cela n’était pas très naturel ni très réaliste. 

Mais fort heureusement, une fois que l’abcès est crevé (même si pour cela il faut attendre plus de la moitié du roman) les choses semblent s’améliorer et l’action commence à pointer le bout de son nez. L’atmosphère glauque et mystérieuse que j’attendais de cette lecture s’installe progressivement et les choses se mettent enfin à bouger. Des morts inexpliquées, des révélations inattendues, ça y est, l’histoire est lancée au plus grand bonheur du lecteur. J’ai beaucoup aimé cette seconde partie du premier tome ! Et la fin se finit vraiment sur un suspense insoutenable ! C’est pour cela que j’ai enchaîné directement avec le second tome. 

Je dirai que ce premier tome est un tome d’introduction mais qui malheureusement traîne trop en longueur. Le côté horrifique que j’attendais est peu présent et les répétions prennent beaucoup de place. Fort heureusement, le second tome est beaucoup mieux. 

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Dans le tome 2 on reprend l’histoire là où l’auteur l’avait laissé dans le premier tome. On continue de suivre le train train quotidien de Kôichi et ses amis mais cette fois-ci les choses s’enchaînent assez rapidement. L’intrigue est dynamique, le rythme est agréable, en bref on ne s’ennuie pas ! Ce second tome est également beaucoup plus sombre et surtout beaucoup plus sanglant que le premier. L’auteur ne mâche pas vraiment ses mots et certains passages font froid dans le dos. C’est ce que j’attendais et je suis comblée ! Adieu les répétitions et les longueurs qui ne servent à rien et bonjour l’action et les révélations !

Au niveau de la traduction j’ai étrangement trouvé que le second tome était « mieux » traduit que le premier. Ce n’est peut-être que le fruit de mon imagination mais c’est un sentiment que j’ai réellement ressenti car contrairement au tome 1 où j’avais du mal à avancer dans ma lecture, ici, je l’ai lu en une après-midi et d’une seule traite. Il faut dire que cela est dû aussi au fait que j’ai été bluffé par le dénouement final. Je ne m’y attendais pas et là, pour le coup, l’auteur a réussi à me scotcher ! J’ai remarqué dans ce second tome Yukito Ayatsuji maîtrisait assez plus de facilité son histoire. Alors qu’il se répétait beaucoup dans son premier roman, ici, il sait où il va et il ne passe pas par quatre chemins. L’ambiance ici était plus angoissante et plus pesante que dans le premier tome. Les morts s’enchaînent tous plus horribles les uns que les autres. Ce tome 2 est un véritable page turner et il se dévore à une vitesse incroyable. 

Pour conclure je dirai que la duologie Another est une duologie à découvrir et ce malgré un premier tome un peu difficile. Laissez-vous tenter car l’histoire vaut quand même le détour. J’ai globalement beaucoup aimé la saga dans son ensemble. Le tome 1 était un peu difficile à la lecture pour moi mais le tome 2 était très addictif. Une saga intrigante et angoissante à lire. Je la conseille pour les amateurs du genre. 

Sans titre-2

« Premièrement… si tu entends un corbeau crier alors que tu es sur le toit de l’école, tu devras toujours repartir du pied gauche. Deuxièmement… tous les élèves de troisième ne doivent jamais chuter dans la pente derrière l’école. Troisièmement… il faut respecter strictement… les règles de la classe. »

« Il y avait ce vieux conte qui disait, « Il y a 26 ans, il y avait une brillante élève au collège de Yominama. Elle était douée autant en sport qu’à l’école mais, en intégrant la troisième classe de la troisième année, cette enfant mourut des suites d’un étrange accident. Personne dans la classe ne pouvait y croire. Impossible, c’est incroyable, etc. Tout le monde dans la classe était triste…Puis quelqu’un a dit: Elle n’est pas véritablement morte. Personne ne voulait y croire ou plutôt personne ne pouvait y croire. Mais le fait est que…Après l’accident, tous les élèves agissaient comme avant. Tout le monde dans la classe agissait comme si elle était encore en vie. Le professeur a ainsi laissé en place son bureau. Puis, le jour de la graduation est arrivé, on a réalisé que celle qui n’aurait pas du apparaître sur la photo…Misaki…était là. »

Chronique, Jeunesse/Aventure, Saga, Science Fiction

[Chronique de Saga] Chroniques de la fin du monde – Susan Beth Pfeffer

 

 

Susan Beth Pfeffer est une auteure pour la jeunesse, née en 1948, qui a publié plusieurs bestsellers aux États-Unis. Elle publie en particulier des romans de science fiction. Elle a écrit plus de 60 romans dont The Year Without Michael primé à de très nombreuses reprises et qui a reçu le prix du meilleur livre pour adolescents, décerné chaque année par l’association des bibliothécaires américains. En 2011, sort en France Chroniques de la fin du monde T1 : Au commencement chez les éditions Pocket Jeunesse, qui est le premier tome d’une saga de science-fiction.

Comme mon avis sur cette saga est la même que ce soit pour le Tome 1, 2 ou 3 j’ai préféré faire une chronique globale plutôt que de me répéter dans trois articles différents.

Dans Chroniques de la fin du monde T1 : Au commencement, on va suivre, à travers un journal intime, le quotidien de Miranda et de sa famille. Miranda est une jeune lycéenne, passionnée de patin à glace, qui mène une vie relativement normale jusqu’au jour où, à la télé, on annonce un phénomène astronomique plutôt étonnant. En effet, un astéroïde prévoit d’entrer en collision avec la Lune. Le jour J, l’astéroïde heurte la lune de plein fouet mais tout ne se passe pas comme prévu. Le choc a fait dévier la lune de son axe et des phénomènes météorologiques graves vont se produire (tsunamis, inondations, éruptions volcaniques etc…). Le monde entier est en panique, on déplora la disparition de millier de personnes, des villes ont disparus de la surface de la Terre et la famille de Miranda comprend rapidement que plus rien ne sera jamais comme avant. Protégées de tous ces phénomènes grâce au fait qu’ils vivent à l’intérieur des terres, Miranda et sa famille vont devoir faire des provisions et essayer de survivre car personne ne sait si tout rentrera dans l’ordre ou pas un jour. 

Autant vous dire que cette saga, elle me donnait envie depuis des mois. J’ai mis longtemps avant d’avoir les 3 tomes et j’étais toute existée à l’idée de commencer cette saga. Et comment vous dire… j’ai été profondément déçue ! A tel point que je ne sais pas quoi vous dire sur ce premier tome. L’idée de base, je la trouve juste géniale ! C’est d’ailleurs pour ça que cette saga me tentait beaucoup. Mais je m’attendais à mieux, mais à tellement mieux. 

L’histoire est présentée sous forme de journal intime écrit par Miranda, notre personnage principal. Le début était intéressant, un astéroïde entre en collision avec la lune et tout ne se passe pas comme prévu. Des tsunamis et des inondations ravagent la planète, on comprend rapidement que c’est le début de la fin du monde. Le lecteur va donc suivre à travers le personnage de Miranda, son quotidien ainsi que celui de sa famille, face à ce début d’Apocalypse. Si cela était intéressant au début, au bout d’un moment ça devient lassant. Je me suis ennuyée durant une bonne partie de cette histoire. Sincèrement, pour une fin du monde il ne se passe pas grand chose quoi. Des coupures d’électricité, le temps qui se rafraîchit, des personnages qui font des provisions et qui se rationnent… tous ça devient rapidement ennuyeux ! Ce récit est littéralement plat ! Il n’y a aucune action, aucun rebondissement, on a tout simplement une famille qui reste cloîtrée chez elle et qui attend que ça passe.

J’ai pourtant lu de bons avis sur ce livre, des gens pour qui ça avait été un coup de coeur, d’autres qui ont dit que c’était une histoire touchante, poignante, avec une ambiance pesante. Je sais que tous les goûts sont dans la nature mais là… j’ai envie de vous demander où elle est l’ambiance pesante et l’histoire poignante ? Je suis passée complètement à côté de tous ça et je pense que c’est en partie à cause du personnage de Miranda que j’ai trouvé fade et immature. Personnellement je ne l’ai pas trouvé très réactive face à tous ce qui se passait autour d’elle. Au contraire, elle m’a paru très passive et elle avait des réactions de bébés parfois qui m’ont agacés (comme par exemple le fait qu’elle croit que ça mère préfère son petit frère à elle et qu’elle mise sur lui pour survivre). J’avais vraiment parfois envie de lui mettre des claques, de la secouer et de lui faire ouvrir un peu les yeux sur la situation autour d’elle. C’est peut-être la fin du monde et elle s’attarde parfois (pas tout le temps heureusement) sur des détails insignifiants. Ce côté immature on le ressent dans la narration et c’est dommage car c’est cela qui, selon moi, rend l’intrigue profondément ennuyeuse. Dans des chroniques ou des commentaires j’ai souvent lu que beaucoup avait ressenti pleins d’émotions en lisant cette histoire. Et bien ça n’a pas été mon cas. La seule émotion que j’ai ressenti c’est l’ennuie. Je ne me suis pas sentie proche de Miranda, ni des autres personnages, je n’ai pas trouvé le récit palpitant, je n’ai pas été surprise non plus. Enfin, vous l’aurez compris ce livre est une déception pour moi.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Dans Chroniques de la fin du monde, T2 : L’exil on ne reprend pas l’histoire où on l’avait laissé dans le tome 1. On refait un bon en arrière et on revient au jour de la catastrophe mais cette fois-ci on va suivre Alex et ses deux petites soeurs Bri et Julie. Leurs parents semblent être morts durant la catastrophe, par conséquent Alex doit s’occuper de ses soeurs.

Encore une fois ce fut une déception pour moi. Je m’attendais à suivre à nouveau Miranda pour connaitre la suite des événements mais pas du tout. On revit la catastrophe du point de vue d’un autre personnage et autant vous dire que je ne suis toujours pas convaincue. 

Je reconnais cependant qu’Alex a été plus intéressant à suivre pour moi que Miranda mais cela n’a pas suffit pour que je me sente transportée par l’histoire. Même si Alex est à mes yeux plus mature et plus dynamique que Miranda (même si on reste loin du héros badasse auquel je m’attendais) il a quand même des défauts notamment celui d’être macho. Il considère ses deux soeurs comme des potiches, elles sont là pour faire la popote, lui préparer à manger et lui laver son linge. Et quand cela n’est pas à la hauteur de ses espérances (faute d’eau et d’électricité) il s’emballe, se fâche et se braque. Je me demande s’il est réellement plus mature que Miranda au final. Je n’ai pas non plus aimé le fait qu’il n’est que peu de scrupules à abandonner ses soeurs (j’ai limite envie de dire : à s’en débarrasser) dans un couvent ou autre. C’est un personnage que j’ai trouvé froid et auquel je ne me suis pas attachée plus que ça. Mais comme je disais, à choisir j’ai préféré suivre ses « aventures » plutôt que celles de Miranda.

J’ai trouvé ce roman plus sombre que le premier, puisque pour le coup le côté Apocalypse ici je l’ai un peu plus ressenti. Le fait qu’Alex soit dans l’obligation de dépouiller des appartements ainsi que des cadavres afin de trouver de quoi obtenir de l’argent pour manger montre à quel point la situation est critique dans la ville de New-York. C’est chacun pour soi et Dieu pour tous et j’ai aimé cet aspect là. Même si je pense que cela aurait pu être un peu plus poussé. Ça reste, pour moi, trop plat et pas assez approfondie et c’est dommage. 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Dans Chroniques de la fin du monde T3 : Les survivants, on va retrouver Miranda et sa famille et l’on va continuer à les suivre durant leur quotidien de survivants. Miranda va également retrouver son père, sa belle-mère ainsi que son nouveau demi-frère. Elle fera aussi la connaissance d’Alex, que l’on a suivi durant le tome 2, et elle en tombera follement amoureuse.

Voilà, je ne peux malheureusement pas vous en dire plus pour la simple et bonne raison que j’ai lu le livre en diagonale. Vous l’aurez compris, qui dit lecture en diagonale, dit lecture pas top top. Et bien c’est le cas ! Je n’ai tout bonnement pas aimé ce troisième tome et pourtant j’y ai mis de la bonne volonté. Après un premier tome en demi-teinte et peu convainquant, un deuxième tome un poil meilleur mais décevant tout de même, on se retrouve ici dans un troisième tome à l’intrigue très lente et très ennuyeuse, encore plus que le premier tome.

Ma chronique ne va malheureusement ne pas être très longue puisque je n’ai pas lu le livre en entier, je l’ai, disons le clairement, survolé tellement l’intrigue était inintéressante ! Le personnage de Miranda ne m’a toujours pas convaincu et elle reste pour moi toujours aussi immature que dans le premier tome. Le fait qu’elle tombe amoureuse d’Alex la rend encore plus insupportable. Leur histoire d’amour je n’y ai pas cru une seule seconde et je l’ai trouvé très rapide et aussi tellement niaise qu’elle a fini par m’agacer. J’ai l’impression de ne pas avoir eu le même Alex que dans le tome 2, mais bon j’ai envie de dire que ce n’est pas très grave vu qu’il ne m’avait pas plus convaincue que ça. Comme les tomes précédents, l’action et les rebondissements sont totalement absent, c’est une histoire très plate, très lente que nous propose l’auteur et c’est dommage. Cela manquait cruellement de rythme et de dynamisme. Tout au long de ma lecture je me suis dis : Mais bon sang c’est quand même la fin du monde et vous n’avez pas autre chose à faire ou à penser que ça ?! 

Du potentiel, cette saga en avait j’en suis convaincue ! L’intrigue de base était tellement originale mais Susan Beth Pfeffer en a fait, pardonnez-moi d’être aussi directe, n’importe quoi ! Je ne retiens que deux choses de cette saga : déception et ennuie. 

J’ai l’impression que Susan Beth Pfeffer a eu du mal à retranscrire les émotions qu’elle souhaitait transmettre au lecteur. Dans cette saga il y a quand même beaucoup de personnages qui meurent et pourtant je n’ai pas ressentie de tristesse. J’ai l’impression que l’émotion est quelque chose que l’auteure n’a pas réussi à retranscrire dans son histoire et du coup cela en a fait une lecture ennuyeuse. 

Bref, je ne vais pas m’attarder plus longtemps. Je suis navrée de vous proposer une chronique aussi pauvre en argumentation mais je n’ai malheureusement rien d’autre à ajouter à propos de ce tome 3. Il ne s’y passe rien et les personnages manquent de crédibilité à mes yeux. Je lui mets quand même la moyenne car le contexte de fin du monde et de climat qui change reste ce qu’il y a de plus intéressant dans cette histoire même si cela a été très mal exploité.

Ma note pour la saga : 10/20

Saga

Parlons Sagas #4 Les sagas que j’ai abandonné [2017]

saga

Salut tout le monde ! 🙂 

Je suis contente de vous retrouver pour ce dernier article « Parlons sagas ». Le premier article parlait de mes sagas terminées, le deuxième de mes sagas en cours, le troisième des sagas qui sont dans ma PAL et aujourd’hui on va parler des sagas que j’ai abandonné. Il y en a très peu et j’en suis plutôt contente.

4

La mécanique du chaos de Tom Joad 

couv56856471

« — C’est parti, dit Lana sans réfléchir. Ça va nous tomber dessus avec une puissance incroyable…

Comme pour lui donner raison, un sifflement s’éleva du côté est. D’abord lointain, timide, semblable au chuintement d’une cocotte-minute. Et puis de plus en plus impérieux. Il devint vite assourdissant, terrifiant. Le ciel et la terre s’étaient mis à gémir, à hurler de concert. Et ça continuait de croître de façon exponentielle. […] Le vent ne tournait pas, il fonçait en ligne droite comme un tsunami, et son souffle titanesque balayait tout sur son passage en une fraction de seconde…

— Seigneur ! » pensa Lana horrifiée. »

Le début m’avait vraiment emballé. Il y avait du suspense, du mystères, c’était top. Mais plus j’avançais dans le livre et plus il perdait de l’intérêt. Je trouvais que l’auteur s’écartait beaucoup trop du sujet principal et que certains passages étaient inutiles. Même si la fin était pas mal, je n’ai pas ressentie cette envie de lire la suite.  

Ma chronique

 

Elixir d’Hilary Duff

couv41103095

Alors qu’il enquêtait sur un mystérieux élixir, le père de Clea disparaît soudainement. Anéantie, la jeune fille se réfugie dans une passion qui l’anime depuis toujours : la photographie. Quand elle rentre du carnaval de Rio avec son meilleur ami, elle fait une inquiétante découverte : les photos qu’elle prend depuis son plus jeune âge laissent apparaître la silhouette d’un étrange inconnu. Le jour où le destin l’amène à croiser le chemin de ce jeune homme, elle est troublée par la puissante attirance qu’elle ressent pour lui. Ensemble, ils décident de lever le voile sur la disparition du père de Clea, tentant de percer le secret, vieux de plusieurs siècles, de leurs liens si intenses… Pris au piège dans un dangereux triangle amoureux, ils sont condamnés à parcourir le temps pour démêler les zones obscures de leur passé, sauver leurs vies présentes… et futures.

Pour le coup, même s’il y avait quelques petits couacs dans ce livre, j’avais globalement aimé l’histoire et j’avais vraiment envie de connaître la suite. Mais si j’ai abandonné cette saga c’est tout simplement parce que les tomes 2 et 3 ne sortiront jamais en français et que je me vois mal les lire en anglais. En achetant ce livre, je le savais qu’il n’y avait pas la suite en français mais étant une grande fan d’Hilary Duff je voulais voir ce qu’elle donnait en tant qu’auteure. 

Ma chronique

 

Vampyre mais pas trop d’Audrey Lardy

couv3840209

Rose quitte le château familial avec l’espoir de mener une vie plus normale . Mais entre vampires (bons et mauvais), complots et rebondissements, elle aura du mal à échapper à son destin… La Voix sera peut-être sa meilleure alliée … La jeune femme fera-t-elle confiance à ses sentiments? Et surtout, l’amour peut-il survivre à tout dans cette vie ou dans une autre ?

Même si j’ai entendu dire que le tome 2 était mieux construit et mieux écrit que le tome 1, je ne lirai pas la suite de cette saga. La lecture du premier tome avait était agréable malgré les petits défauts que j’avais pu y trouver mais voilà, la suite ne m’intéresse pas plus que ça. 

Ma chronique

 

Les gardiens des âmes de Kim Richardson

couv48329388.jpg

Kara Nightingale a seize ans lorsque sa vie tranquille est soudain bouleversée. Elle meurt, pour se réveiller dans un nouveau monde étrange, débutante au sein de la Légion des Anges gardiens. Kara est alors propulsée dans un monde surnaturel, où les singes sont aux commandes des ascenseurs, où les oracles se déplacent en équilibre sur des boules en cristal géantes, et où les démons se nourrissent des âmes des mortels. Avec l’aide de son maître instructeur et ami, David, Kara s’engage dans l’aventure qui va changer sa vie à jamais…

Pour être honnête je ne me rappelle plus vraiment de l’intrigue de ce premier tome. Mais, je sais que je n’avais pas vraiment aimé. J’étais prête à me lancer malgré tout dans le tome 2 avec l’espoir que ça devienne un peu mieux mais quand j’ai vu qu’il y avait 8 tomes dans cette saga, j’ai laissé tomber. 

 

Comme l’article n’est pas très long, je me permets de rajouter un livre que j’ai abandonné. Il ne s’agit pas d’une saga mais j’avais envie de le mettre ici.

 

Les évangiles écarlates de Clive Barker

couv66443406.jpg

Cela fait des années que Harry D’Amour, détective de l’étrange et du surnaturel, habitué à affronter créatures magiques et malveillantes, lutte contre ses propres démons. Lorsqu’il met la main sur un artefact ancien – un cube-puzzle capable d’ouvrir un portail sur l’Enfer lui-même –, des démons, véritables ceux-là, ne tardent pas à s’ajouter aux siens. Harry se retrouve bientôt entraîné dans un terrifiant jeu du chat et de la souris, à la fois sanglant, troublant et brillamment sophistiqué…

Alors ce livre, il me donnait trop trop trop envie à chaque fois que je passais devant en librairie. Mais son prix me freinait beaucoup (30 euros quand même dans mon pays). Puis un jour j’ai vu qu’il était à 2,99 euros en promo en Ebook et là j’étais trop heureuse et j’ai foncé. J’ai commencé à le lire et comment vous dire … Je crois que si j’avais mis 30 balles dans ce livre j’aurai pleuré jusqu’à la fin de ma vie (oui, bon j’exagère un peu mais c’est pour vous montrer à quel point je n’ai pas aimé ce bouquin). Le début, quoiqu’un peu choquant, était plutôt pas mal. Mais ensuite je me suis retrouvée à lire des scènes de cul et des gros mots toutes les 5 pages. Désolé mais moi un démon qui se branle devant des cadavres qui baignent dans une marre de sang ça m’enchante pas des masses. J’aime les histoires de démons, les choses paranormales mais bon y’a des limites quand même. Puis ensuite j’ai fini par le lire en diagonale (mais genre vraiment en diagonale quoi, je sautais des chapitres entiers) pour finir par l’abandonner et le supprimer de ma Kobo.

 

Et voilà c’est fini pour les sagas que j’ai abandonné en 2017. J’ai d’autres sagas qui sont en fait en attentes. Je ne sais pas si je les continuerai ou pas. Ce sont des sagas que j’ai bien aimé mais dont la suite n’est pas une priorité pour moi. Je ne les ai pas mises dans les sagas abandonnées car j’ai quand même envie de lire la suite un jour (mais quand ?).

Saga

Parlons sagas #3 Les sagas qui sont dans ma PAL [2017]

saga

Salut tout le monde ! 🙂

Je suis contente de vous retrouver pour ce troisième article « Parlons sagas ». Le premier article parlait de mes sagas terminées, le second de mes sagas en cours et aujourd’hui on va parler des sagas qui sont dans ma PAL. Il faut avant tout savoir que dans ma PAL j’ai des sagas complètes qui attendent d’être lues (et dont je n’ai même pas lu le tome 1) et des sagas où je ne possède qu’un ou plusieurs tomes. Autant vous dire que ça fera beaucoup de sagas à vous présenter ^^ Et je précise, encore une fois, qu’il s’agit là des sagas que j’ai acheté en 2017.

1

Les intégrales :

Corbeau de Patricia Briggs

couv70728559

Des cendres de Colossaë est né le peuple des Voyageurs, qui vont à travers le monde pour combattre l’Ombre. Craints de ceux qui redoutent la magie, les clans Voyageurs ont été décimés par les hommes qu’ils ont juré de protéger… Séraphe est l’une des dernières Voyageuses. Elle a été sauvée par un ancien soldat : Tiër. Ensemble ils se sont construit une vie tranquille. Jusqu’au jour où Tiër disparaît. Séraphe est alors rattrapée par ses vieux démons. Elle est la seule qui puisse tenir la promesse faite par ses ancêtres…

Les pirates de L’escroc-Griffe de Jean-Sébastien Guillermou

couv1424337

Lorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau ! Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates. Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu’aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites.

Les épées de glace d’Olivier Gay

couv27031886

Lorsque Deria, fille d’un obscur baron du Nord, est retrouvée assassinée dans la capitale, les plus puissants de l’Empire font tout pour cacher sa mort à son père. Les deux amis les plus proches de la jeune fille, Shani, sa servante, et Mahlin, un garde du palais, se retrouvent alors mêlés malgré eux à cette conspiration. N’écoutant que leur cœur, ils décident de se rendre dans le Nord annoncer eux-mêmes la nouvelle au mystérieux baron. Ils n’auraient sans doute jamais entrepris un tel voyage, s’ils avaient su qui était réellement le père de Deria. Car, désormais, l’Empire va trembler.

Ça, de Stephen King

9782253083368-001-T

Enfants, dans leur petite ville de Derry, Ben, Eddie, Richie et la petite bande du « Club des ratés », comme ils se désignaient, ont été confrontés à l’horreur absolue : ça, cette chose épouvantable, tapie dans les égouts et capable de déchiqueter vif un garçonnet de six ans… Vingt-sept ans plus tard, l’appel de l’un d’entre eux les réunit sur les lieux de leur enfance. Car l’horreur, de nouveau, se déchaîne, comme si elle devait de façon cyclique et régulière frapper la petite cité. Entre le passé et le présent, l’enfance et l’âge adulte, l’oubli des terreurs et leur insoutenable retour, l’auteur de Sac d’os nous convie à un fascinant voyage vers le Mal, avec une de ses œuvres les plus amples et les plus fortes.

Le livre des étoiles d’Erik L’Homme

couv2967576

Les aventures du célèbre Apprenti Sorcier réunies en un seul volume.
Nom : Guillemot de Troïl né au pays d’Ys, 12 ans Signes particuliers : possède des dons extraordinaires pour la magie. Il devient l’Apprenti du plus fameux Sorcier de la Guilde, Maître Qadehar, tout en continuant sa vie de collégien. Ses amis : son cousin Romaric, un grand gaillard, Gontrand, le musicien, la belle Coralie et l’intrépide Ambre, les soeurs jumelles. Ambre, vrai garçon manqué qui n’a pas froid aux yeux, adore taquiner Guillemot et il est bien le seul à ne pas voir qu’elle est amoureuse de lui! Son destin: son destin est lié au Livre des Etoiles, le grimoire tant convoité qui renferme la puissance magique des Graphèmes et qui peut offrir la paix au Pays d’Ys.
Son adversaire: L’Ombre, créature démoniaque.

Les sagas complètes :

Le livre perdu des sortilèges de Déborah Harkness

 

Diana Bishop est la dernière d’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu’énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au coeur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Animale de Victor Dixen

 

Et si le conte le plus innocent dissimulait l’histoire d’amour la plus terrifiante ? 1832. Blonde, dix-sept ans, orpheline, vit depuis toujours dans un couvent, entourée de mystères. Pourquoi les soeurs l’obligent-elles à couvrir ses cheveux d’or et à cacher sa beauté troublante derrière des lunettes noires ? Qui sont ses parents et que leur est-il arrivé ? Quelle est la cause de ses évanouissements fréquents ? Blonde est différente et rêve de se mettre en quête de vérité. Alors qu’elle s’enfuit du couvent pour remonter le fil du passé, elle se découvre un côté obscure, une part animale : il y a au coeur de son histoire un terrible secret.

Oui je sais, ce n’est pas la même édition mais j’ai le 1 en poche et le 2 en GF dans ma PAL

Chroniques de la fin du monde de Susan Beth Pfeffer

 

Enfin c’est le grand soir : l’astéroïde dont tout le monde parle va percuter la Lune ! Familles, voisins, amis, tous se rassemblent pour observer le phénomène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. L’impact a été si violent que la Lune a dévié de son orbite et s’est rapprochée de la Terre. Peu à peu tout se dérègle… L’électricité puis l’eau sont coupées et les vivres commencent à manquer. Miranda et sa famille vont devoir accepter que la vie telle qu’ils la connaissaient a disparu à jamais.

Il me semble qu’il y a un tome 4 qui est sorti en anglais mais pas en français mais je ne suis pas sûre que ce soit la suite de cette saga. Il me semble que c’est un HS mais pas sûre, du coup je le mets quand même ici. 

Le marchand de reliques de Marcello Simoni

 

Italie, an de grâce 1205. Par une nuit glacée, de mystérieux cavaliers noirs se lancent à la poursuite du père Vivïen de Narbonne, dépositaire d’un manuscrit inestimable. Au cours de sa fuite éperdue, le religieux tombe dans un ravin… Treize années plus tard, le marchand de reliques Ignace de Tolède est chargé par un riche commanditaire de retrouver l’Uter Ventorum. Ce précieux grimoire renfermerait un secret, transmis par les anges à l’époque du roi Salomon, et capable de renverser l’ordre du monde. Aidé du jeune Uberto et du farouche Wilhalme, Ignace devra faire preuve de toute son habileté et de son expérience des messages cryptés pour reconstituer le manuscrit, dispersé entre le Languedoc, l’Italie et la Castille. Mais la promesse de mystères révélés attire bien des convoitises, et la longue quête des trois amis ne sera pas sans périls. Ils devront notamment affronter le terrible Tribunal de la Sainte-Vehme, un ordre secret prêt à tout pour s’approprier le pouvoir millénaire de l’Uter Ventorum, y compris à torturer et à tuer.

Le pacte des marchombres de Pierre Bottero

 

 » – Ellana, la voie des marchombres ne t’apportera ni richesse ni consécration, elle t’offrira en revanche un trésor que les hommes ont oublié : ta liberté. Si tu le désires, je peux accompagner tes premiers pas. – Que voulez-vous dire ? « 

Le puits des mémoires de Gabriel Katz

 

Trois hommes se réveillent dans les débris d’un chariot accidenté en pleine montagne. Aucun d’eux n’a le moindre souvenir de son nom, de son passé, de la raison pour laquelle il se trouve là, en haillons, dans un pays inconnu. Sur leurs traces, une horde de guerriers, venus de l’autre bout du monde, mettra le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués pour une raison mystérieuse, ils vont devoir survivre dans un monde où règnent la violence, les complots et la magie noire.

Le pacte de Jenny Han et Siobahn Vivian

 

Les filles ne pleurent pas… elles se vengent. Lillia n’avait jamais eu de problème avec les garçons, jusqu’à ce fameux été quand l’un d’entre eux a voulu aller trop loin. Kat est insultée et humiliée, elle est l’objet de ragots à cause de son ex. Mary a dû quitter l’endroit où elle vivait à cause d’un garçon. Trois jeunes filles très différentes veulent la même chose : se venger. Si elles agissent seules, elles risquent d’être soupçonnées mais ensemble, elles n’attireront pas l’attention.

Red Rising de Pierce Brown

 

« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir. Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature. Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

Les cartographes de S. E. Grove

 

1799 : Subitement, tous les continents sont plongés dans des périodes historiques différentes, créant un monde nouveau, fantastique et plein de dangers. Un siècle plus tard : Sophia vit à Boston, en Nouvel Occident. Ses parents, explorateurs, ont disparu en mission quand elle était enfant. Depuis, elle est élevée par son oncle Shadrack, le plus célèbre cartographe de Boston. Mais Shadrack est brutalement kidnappé ! La jeune fille s’élance alors sur ses traces. Elle n’a qu’une piste : une mystérieuse carte de verre accompagnée d’un message de son oncle. Avec son nouvel ami Theo, elle va devoir traverser des territoires aussi inconnus que dangereux…

Les sagas dont je possède le 1er tome (ou plus) :

Pour les tomes 1, je ne mettrai que la photo du livre, pas le résumé de chacun sinon l’article sera beaucoup trop long ^^

Helen Grace de M. J. Arlidge

 

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale. Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire. Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe. Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

L’ordre des sanguinistes de James Rollins et Rebecca Cantrell

 

La montagne tremble.Le sol s’ouvre. Les touristes, venus en Israël contempler les ruines de la forteresse de Massada, succombent aux émanations toxiques. Seul Tommy, atteint d’un cancer incurable, en réchappe, miraculeusement guéri. Convoquée par l’armée,l’archéologue Erin Granger doit superviser l’exploration des crevasses aux cotés du sergent Stone et d’un étrange prêtre, Rhun Korza. Ils découvrent un sarcophage ouvert et une fillette crucifiée par des carreaux d’arbalète. Mais le livre que Rhun espérait trouver a disparu. Et il n’est pas le seul à rechercher l’évangile de sang, écrit de la main du Christ. Tout porte à croire que le Chevalier du Christ, le Guerrier et l’Érudite annoncés par la prophétie sont réunis…

Rebecca Kean de Cassandra O’Donnell

 

Burlington…nouvelle Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…

Meg Corbyn d’Anne Bishop

 

Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux…

Le voyageur bleu d’Olivia Lapilus

 

Que feriez-vous si une prophétie menaçait votre règne ? Anos, roi tyran de la planète Catiopé, est prêt à tout pour sauvegarder son trône. Il ne peut laisser quiconque détruire tout ce qu’il a mis si longtemps à bâtir et encore moins freiner sa quête du Voyageur bleu. Rien ne peut se mettre entre lui et sa soif de pouvoir. Rien à part le destin…

Lizzie Martin d’Ann Granger

 

Nous sommes en 1864 et Lizzie Martin accepte un poste de dame de compagnie à Londres auprès d’une riche veuve qui est aussi une propriétaire de taudis. Lizzie est intriguée d’apprendre que la précédente dame de compagnie a disparu, apparemment après s’être enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvée dans les décombres de l’un des bidonvilles démolis récemment autour de la nouvelle gare de St Pancras, Lizzie commence à se demander ce qui s’est passé. Elle renoue avec un ami d’enfance, devenu l’inspecteur Benjamin Ross, et commence à enquêter avec son aide, au péril de sa vie, pour découvrir la vérité sur la mort de la jeune fille dont le sort semble étroitement lié au sien.

Sagas dont je ne possède que le premier tome.

 

Et voilà pour les sagas dans ma PAL ! 🙂 Ça en fait des sagas n’empêche :O 

Il me semble, si j’ai bien compté, qu’il y a en 35 xD

Et je profite de cet article pour vous souhaiter un Joyeux Noël !! 😀

Saga

Parlons sagas #2 Les sagas en cours. [2017]

saga

Salut tout le monde ! 🙂

Je suis contente de vous retrouver pour ce deuxième article « Parlons sagas ». Le premier article parlait de mes sagas terminées et aujourd’hui on va parler de mes sagas en cours. Petite précision : quand je dis en cours je parle de toutes les sagas que ce soit celles dont tous les tomes sont déjà sortis ou non. Et bien entendu je parle uniquement de mes sagas en cours pour l’année 2017 (c’est-à-dire les sagas que j’ai commencé en 2017).

3

L’épouvanteur de Joseph Delaney

sans-titre1.png

L’épouvanteur est une saga que j’ai commencé en janvier 2017. J’espèrai la finir cette année puisque le 13ème tome est sorti mais ça n’a pas été le cas. Je possède 11 tomes sur 13 mais j’en ai lu 7 pour le moment. C’est une saga que j’aime beaucoup et que je compte relire pour pouvoir vous chroniquer chaque tome. J’ai vu qu’un tome 14 était sorti récemment, je ne sais pas si je le prendrai, peut-être, puisqu’appremment ça parlerai de Tom. Résumé du tome 1 :

Septième fils d’un septième fils, Tom perçoit les ombres de ceux qui ont peuplé la terre et ressent la présence des êtres maléfiques. A treize ans, il doit quitter la ferme pour devenir l’apprenti de l’épouvanteur, chasseur de démons et sorcières. Commence alors pour lui une nouvelle vie, difficile. N’écoutant que son bon coeur, il va permettre la libération d’une sorcière particulièrement cruelle que son maître a enfermée dans un puits. Il aura alors à l’affronter à plusieurs reprises avant de la voir disparaître à tout jamais.

La faucheuse de Neal Shusterman

couv4750269.jpg

La premier tome d’une saga originale qui semble prometteuse certe mais je n’ai pas était autant emballée que la majorité des personnes qui l’ont lu. Cela dit, le tome 2 sort en 2018 et je suis curieuse de lire la suite. Résumé tome 1 :

Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

Entre deux feux de Tiffany Schneuwly

 

Il me semble qu’il s’agit d’une trilogie mais que le tome 3 n’est pas encore sorti. Je ne sais d’ailleurs pas quand il sortira mais si quelqu’un a une info merci de me le dire :). En tout cas, je possède les deux premiers tomes dans ma bibliothèque et j’ai déjà lu le tome 1 qui ne m’avait pas trop emballé je dois dire. Chronique du tome 1. Mais bon je lirai le tome 2 et si tome 3 il y a je le lirai également. Résumé du tome 1 :

Eurielle est une jeune fille de vingt ans, discrète et de nature très solitaire. Malgré le fait que sa vie soit plutôt calme et banale, elle savoure l’autonomie qu’elle a pu acquérir grâce à des parents peu présents qui ne souhaitaient pas avoir d’enfant. Elle voit cependant les barrières qu’elle a dressées autour d’elle se fragiliser lorsqu’elle rencontre deux étranges personnages qu’elle semble être la seule à voir. Malgré tous les efforts qu’elle fait pour se persuader que ces deux êtres sont le simple fruit de son imagination, la réalité la rattrape lorsqu’elle subit un accident et se retrouve propulsée dans un autre monde, le Royaume des Anges, auquel elle ne semble pas si étrangère. Eurielle va alors devoir trouver sa place entre ces deux mondes qui semble dépendre d’elle.

Le pays des contes de Chris Colfer

 

Alors oui je sais, 5 tomes sont officiellement sortis en France mais moi je possède cette saga en version poche parce que je trouve les couvertures plus belles que les grands formats, donc je vous présente la saga en poche xD. J’ai lu les 3 premiers tomes que j’ai adoré et le tome 4 est dans ma PAL. J’attends la sortie poche pour le tome 5 ^^ Résumé du tome 1 :

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout.Et pour cause !Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.

Gwyneira McKenzie de Sarah Lark

 

Une trilogie historique que j’aime beaucoup. C’est une saga familiale et les protagonistes ne sont que des femmes toutes différentes les unes que les autres. J’ai lu les deux premiers tome et j’espère avoir le tome 3 très bientôt. (Pour Noël peut-être :P). Chronique tome 1Chronique tome 2. Résumé du tome 1 :

«Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d’une réputation irréprochable.»

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux. Une nouvelle vie – pleine d’imprévus – commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…

Océania d’Hélène Montardre

 

Une saga peu connue que j’aime assez. C’est une saga Jeunesse – Fantastique qui parle de réchauffement climatique et d’environnement. Ça se lit très vite et franchement c’est une saga qui pourrait peut-être intéresser. Chronique tome 1Chronique tome 2Chronique tome 3. Résumé du tome 1 :

 » Flavia jeta un coup d’œil au ciel bas et gris, enfila bottes et ciré, prit de gants. Dehors, la rumeur était plus forte, plus dense. Elle couvrait le souffle du vent et emplissait le ciel. Un délicieux frisson lui parcourut le dos. Il se passait quelque chose ! Quelque chose de nouveau, d’effrayant et de très excitant… « .

Illuminae de Jay Kristoff et Amie Kaufman

 

Une saga originale de par sa forme. Je n’ai lu que le tome 1 pour le moment et je n’ai pas encore acheté le tome 2. Je sais que le tome 3 sort en mars 2018 aux Etats-Unis mais je ne sais pas quand en France. Chronique tome 1. Résumé du tome 1 :

Ce matin de 2575, lorsque Kady quitte Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi, sa planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi — BeiTech. Obligée de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander. Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major. Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange…

Tombquest de Michael Northrop

 

Une saga jeunesse sur la mythologie Égyptienne. Je possède les trois tomes dans ma bibliothèque mais je n’ai lu que le tome 1 pour l’instant, que j’ai bien aimé d’ailleurs. Un tome 4 est sorti en anglais mais pas encore en France. Chronique tome 1. Résumé du tome 1 :

Au musée métropolitain d’art de New York s’ouvrira demain la plus grande exposition d’égyptologie jamais montée. Alex Sennefer, 11 ans, la découvre avant tout le monde, sans savoir que, demain, il mourra pour la première fois..

Chroniques d’un Saint Exorciste de Dana B. Chalys

 

Une saga découverte grâce au site SimplementPro. C’est de l’autoédition dans le genre fantastique, paranormal. A découvrir si vous aimez ce genre littéraire. La saga est en cours d’écriture. Chronique tome 1Chronique tome 2. Résumé du tome 1 :

Depuis des siècles, dans le secret le plus total, une branche occulte de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem combat les forces démoniaques avec l’aide de ses chevaliers exorcistes. À seulement vingt-six ans, Nathan est le plus puissant d’entre eux, le Saint Exorciste, celui que l’Enfer craint par-dessus tout à cause de sa particularité unique : sa main droite manipule les forces divines tandis que sa gauche maîtrise les infernales. Mais que cache véritablement son pouvoir ? Et pourquoi les lieux de ses derniers exorcismes semblent former le début d’un immense pentagramme en plein cœur de Toulouse ? Se pourrait-il que les deux soient liés ? Comme si les ennuis n’étaient déjà pas assez nombreux, le Destin décide de mettre sur sa route une étudiante qui ne possède aucun don sinon une chance insolente. Détail qui pourrait bien lui sauver la vie à l’heure où les démons se font plus menaçants que jamais.

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lémony Snicket

4ff51-sans2btitre2b28

Moi j’ai choisis de les lire en version intégrale et j’ai lu pour l’instant les trois premiers intégrales. Je n’ai pas les autres car je les avais empruntés à la médiathèque. J’avoue que pour le moment ce n’est pas une saga prioritaire, elle est un peu en attente et je ne suis pas pressée de la finir. Résumé :

Cher lecteur,…

Si tu viens de prendre ce recueil, un conseil, remets-le en place. Il raconte la triste histoire de trois enfants qui ont toutes les déveines. Ils ont beau être bien élevés, charmants et intelligents, il ne leur arrive que des misères. Ils vont d’une catastrophe à l’autre et collectionnent les pires ennuis. Il est de mon devoir de relater ces tragiques aventures, mais libre à toi, cher lecteur, de remettre ce recueil où tu l’as pris, si tu préfères les histoires gaies. 

Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket.

3124724347_1_5_2LyQjNm1

Et voilà c’est terminé ^^ J’ai actuellement 10 sagas en cours. J’ai envie de dire : ça va 😛 

Et vous, vous avez des sagas en cours ?