Chronique, Romance/Roman Historique

Positive Way de Chloé Bertrand

couv61818125Positive Way de Chloé Bertrand

— T’as perdu ta crête, remarqua-t-elle d’un ton un brin boudeur. Ce fut à ce moment exact qu’il tomba amoureux d’elle. Alice l’a rencontré ce soir-là, à un de ses concerts, son appareil photo dont elle ne se sépare jamais en bandoulière – c’est sa façon à elle de regarder le monde. Lui, il chantait sur scène, avec sa crête iroquoise bleue, sa béquille, son bras et sa jambe dans le plâtre. Alice a pensé que c’était un miracle qu’il tienne debout – et elle ne savait pas encore à quel point elle avait raison. Après ça… Les amis, les errances, les toits de Londres, les montages photo, les chansons, la fenêtre d’Alice. Une histoire comme une autre, peut-être – sauf que c’était la leur. Et ce qui devait arriver arriva : Alice est devenue le miracle de Thomas, son petit miracle rien qu’à lui…

……..3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Milady  Genre : Romance ◈ 244 pages ◈ Sortie : 12 Novembre 2014 ◈ Ma note : 12/20

…….3107950465_1_14_xtZAH0OF

Quelques mots sur l’autrice…

Née en 1994, Chloé Bertrand a survécu aux Grandes Katastrophes de 2020. Avec l’aide d’un groupe hétéroclite composé d’amis, de ses frères et sœurs et de leurs enfants, elle fait son chemin dans les terres et les eaux dévastées de notre monde en ruine. Elle conte à la veillée les histoires qui la hantent. On l’appelle la Conteuse parmi les communautés de survivants, et les enfants guettent son arrivée comme leurs ancêtres guettaient celle du Père Noël. Au son des craquements du feu de bois, elle transmet à ceux qui veulent bien l’écouter les récits qui bercèrent son enfance : Harry Potter, Cyrano de Bergerac, Ellana, Ewilan… Mais elle raconte aussi les histoires d’amour de jeunes artistes dans les rues de Londres, et le long voyage de ceux qui ont tout perdu sauf la beauté du ciel. Dans une autre vie, celle d’avant les Katastrophes, elle a étudié la littérature et la langue anglaise, ainsi que l’histoire du monde, voyagé et vécu en Russie, en Angleterre et en Amérique du Nord. La route est longue, et d’ici le prochain relais elle a le temps d’inventer de nouvelles histoires…

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Positive Way raconte l’histoire d’Alice, une jeune lycéenne passionnée de photographie et d’art en général, qui va rencontrer Thomas lors d’un concert. Ce dernier est un musicien et chanteur abîmé par la vie que ce soit de façon physique ou psychologique. Se sentant coupable de la mort d’un de ses amis, il passe son temps à se détruire à petit feu : sexe, drogue, alcool rien n’est trop hard pour lui. Son état physique n’arrange rien à la situation déjà catastrophique. En effet, à la suite d’un accident de la route, il boite et a la jambe ainsi que le bras plâtrés. Sa rencontre avec Alice va changer sa vie mais les vieux démons seront toujours présents autour de lui et dans sa tête.

3124724347_1_5_2LyQjNm1

Je m’excuse pour ce résumé qui peut paraître un peu bancal mais je vous avoue que je n’ai pas beaucoup aimé ma lecture. En effet, comme vous le savez je ne suis pas une grosse fan de romance mais de temps en temps ça me tente et là j’avais envie d’une romance courte. Positive Way ne faisant que 244 pages je me suis dit que ça pouvait peut-être passer. Mais en fait non…

Rien à voir avec le fait que ce soit de la romance c’est tout simplement, je pense, la plume de l’autrice qui ne m’a pas plu. Sa plume mais aussi la façon qu’elle a de raconter l’histoire. Je ne sais pas exactement comment vous expliquer cela mais déjà, le début de l’histoire m’a paru un peu bizarre. Une jeune lycéenne qui rencontre un adulte dans un parc lui demandant de venir à une fête et elle accepte et fait la rencontre de sa vie. J’ai trouvé ça un peu rapide et invraisemblable. Je n’ai pas l’impression que ce soit réaliste. Et quand, personnellement, je lis de la romance j’ai envie d’y croire, j’ai envie que cela soit réaliste, que ça puisse réellement arriver. Et là dès le premier chapitre l’autrice nous plonge dans la scène de rencontre de nos futurs tourtereaux, cela ne m’a pas convaincu. Il n’y a pas de présentation des personnages, on ne sait pas vraiment qui est Alice et qui sont Arthur, Samia et Thomas qui débarquent un peu à la « sauvage ». Alors bien sûr, fort heureusement, au fil des pages on apprend à les connaître mais je ne sais pas, moi cela m’a un peu freiné dans ma lecture. 

3124724347_1_5_2LyQjNm1

Aussi, j’ai été un peu déstabilisée par ce roman et malheureusement, pas dans le bon sens du terme. Dans Positive Way on est dans une succession de sentiments, une succession d’émotions. On a de l’amour, de la haine, de l’euphorie, de la compassion, du dégoût de sa propre personne etc… Alors, dit comme ça, ce livre peut paraître palpitant puisque c’est, vraisemblablement, un bouillon d’émotion. Mais en fait non, j’ai trouvé que toutes ces émotions étaient mal amenées, elles se succèdent de façon trop rapide pour y croire. J’ai parfois eu l’impression qu’on était dans un livre rempli de clichés et c’est bien dommage ! 

Pour ce qui est des personnages, je ne les ai pas aimés plus que ça. Thomas est vraiment un homme que je n’ai pas compris. J’ai trouvé que l’autrice, à force de vouloir lui faire passer par plein d’émotion et plein de péripétie en a fait une sorte de cliché voire de caricature. Il est agaçant au plus haut point ! Et ce qu’il fait subir à Alice se passe de commentaires. En dehors d’Alice qui est relativement cohérente dans ses sentiments et ses choix (et encore !) les autres personnages ne m’ont pas intéressé plus que ça.

En résumé, Positive Way a été une déception pour moi. Il a manqué à ma lecture de la crédibilité et de la cohérence. L’histoire en elle même aurait pu me plaire. Le côté « déchiré par la vie » de Thomas aurait pu m’intéresser mais j’ai trouvé que l’auteur l’avait beaucoup trop caricaturé. Peut-être que ce livre peut plaire à des personnes qui aiment la romance en général. Moi ce n’est pas mon genre de prédilection mais j’aime en lire de temps en temps à condition que ce soit un minimum crédible et pas trop mielleux. Or, là, pour moi ce n’était pas assez crédible.

Sans titre-2

« Dès lors que vous exposez et publiez, votre œuvre ne vous appartient plus. Votre seul devoir est de faire en sorte que ce que vous montrez soit le plus proche possible de ce que vous avez vu, tel que vous l’avez vu, tel que vous voulez qu’on le voie. Mais sur ce dernier point vous n’aurez plus votre mot à dire une fois face au public. « 

« Trois heures, quatre joints, un passage en ville et plusieurs bouteilles plus tard, un poids lourd détruisait sa moto et le laissait inconscient sur le bitume de l’autoroute. »

Publicités
Chronique, Romance/Roman Historique

With You d’Amélie C. Astier et Mary Matthews

couv16733806With You dAmélie C. Astier et Mary Matthews

Il y a quatorze ans, les vies de Reagan Kane et de Vic Kristensen se sont liées à jamais. Ils ont été kidnappés et séquestrés durant leur adolescence. Ensembles, ils ont vécu le pire, et dans le secret, ils se sont aimés malgré le calvaire de leur captivité. Mais la vie les a séparés. Aujourd’hui, alors que la justice s’apprête à être rendue, leurs chemins vont se croiser de nouveau. Ils ont changé, et les stigmates de plusieurs années de souffrance ont forgés leurs existences. Lorsque le présent les replonge dans leurs cauchemars du passé, Reagan et Vic vont découvrir que les blessures infligées à cet amour, sont loin d’être refermées.

Pour public averti ! 

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Edition Milady  Genre : Dark Romance ◈ 568 pages ◈ Sortie : 21 Mars 2018 ◈ Ma note : 18/20

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Quelques mots sur les autrices…

Pour Amélie C. Astier, connue sous le pseudonyme AMHELIIE dans l’auto-édition, écrire est aussi essentiel que manger et dormir. C’est la nuit qu’elle s’applique à donner vie aux multiples personnages qui peuplent son imaginaire – et si certains disent d’elle qu’elle n’est pas toute seule dans sa tête, Amélie et tous ses habitants sont remplis d’humour et prêts à explorer n’importe quel univers, tant qu’il y a une bonne dose de romance dedans.

Dans une autre vie, Mary Matthews était une rock star. Connue sous le pseudonyme MARYRHAGE dans l’auto-édition, cette passionnée de musique, dévoreuse de séries et collectionneuse de sacs à mains partage sa vie avec son fils, son poisson rouge et ses plantes vertes. Même si elle affirme avoir davantage les pieds sur terre que sa co-auteure, elle avoue volontiers qu’écrire est un bon moyen de vider sa tête de tout ce qui l’encombre.

Source : Milady.fr

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

With You c’est l’histoire de Reagan et de Vic, qui ne se sont pas vus depuis plus de 10 ans et qui se retrouvent pour le procès de Cooper, l’homme qui, 14 ans auparavant, les avait kidnappés et torturés. La justice s’apprête à enfin rendre son verdict et c’est à travers les souvenirs de nos deux personnages que nous allons suivre ce qui a été le drame de leur vie. De plus, leurs retrouvailles semblent raviver de vieux souvenirs entre eux et les sentiments qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre il y a 10 ans ne semblent pas avoir disparus.

3124724347_1_5_2LyQjNm1

Avant toute chose, il faut que vous sachiez que la mention « Pour public averti » n’est pas là au hasard ! Ce livre n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde puisqu’il comporte des scènes de viols et de tortures pouvant heurter la sensibilité de certains lecteurs. Donc vous êtes prévenus !

A force de vous le répéter vous commencez peut-être par le savoir mais la romance et moi nous ne sommes pas très copains. C’est un genre littéraire (je parle également de ses dérivés tels que l’érotisme etc…) qui ne m’intéresse pas et qui ne me parle pas vraiment. Donc, pour être honnête, au début, With You n’était pas du tout dans ma Wishlist. La Dark Romance est un genre qui à l’air de se développer de plus en plus et, personnellement, je n’en ai jamais lu. With You est donc mon premier livre de Dark Romance. Je l’ai vu passer partout et à force de voir les avis positifs dessus je me suis dit : « Pour ne pas mourir bête, essayons ! ». Aussitôt acheté, aussitôt lu.

Quand on voit le thème de ce livre (viol, séquestration, torture etc…) c’est presque « malsain » de dire que l’on a aimé, que l’on a adoré. Et pourtant, pour ma part, c’est le cas ! Ce roman, il ne m’a clairement pas laissé indifférente. C’est une histoire qui m’a fait passer d’un extrême à l’autre : tantôt j’ai été profondément touchée par l’histoire de Vic et de Reagan et tantôt j’ai été dégoûtée par ce que je lisais. Les scènes de viols dans ce livre, ne sont ni survolées ni censurées, il faut vraiment avoir le coeur accroché et être préparé psychologiquement pour se lancer dans cette lecture. 

3124724347_1_5_2LyQjNm1

Le gros point fort de ce roman ce sont ses personnages ainsi que leur histoire commune. Vic et Reagan ont été kidnappés quand ils avaient 14 ans. Ils ont été torturés et violés par leur bourreau et pendant 4 ans ils se sont soutenus mutuellement pour ne pas sombrer. Forcément un lien particulier s’est tissé entre eux, puisqu’ils sont tombés amoureux l’un de l’autre et ce malgré ce que leur faisait subir Cooper. Nous avons donc là, affaire à un amour qui défie toute logique, un amour incompréhensible, un amour anormal et que l’on pourrait qualifier de malsain. Et pourtant, c’est cet amour qui a donné la force à Reagan et Vic de survivre à cet enfer. 

J’ai rarement lu un roman qui me prenne autant aux tripes. Cette histoire m’a toute retournée et je n’ai pu reprendre mon souffle qu’une fois que j’avais tourné la dernière page. C’est une histoire qui a le chic pour non seulement vous toucher mais aussi pour vous mettre mal à l’aise. En tout cas, moi, j’ai à plusieurs reprises eu cette sensation de mal être. C’était comme si je n’avais pas ma place en tant que lecteur, comme si, en lisant les passages sur les viols et les tortures, j’étais un peu « complice » de tout cela. Quoiqu’il en soit, pour une première Dark Romance, With You est une réussite pour moi. Et je salue également le travail des autrices car elles ont su utiliser les bons mots et ont su faire passer les émotions à travers cette lecture. Elles nous ont proposées un romance poignant, fort et rempli d’émotions de toutes sortes.

3124724347_1_5_2LyQjNm1

Mais (et oui il faut bien un petit mais quand même), il y a eu un petit grain de sable dans ce magnifique roman. Et ce grain de sable n’est autre que le procès en lui même. Même s’il n’occupe pas la plus grande place du roman, c’est quand même à travers lui que l’avenir de nos deux personnages va se jouer. Ce n’est qu’une fois Cooper derrière les barreaux qu’ils pourront faire le « deuil » de ce cauchemar et commencer à se reconstruire et à vivre. Donc, mine de rien, il a une petite importance quand même. Pour une ancienne étudiante en droit comme moi, ce procès est complètement bancal. Sans spoiler ni entrer dans les détails, j’ai été choquée de voir dans quelle direction allait les choses. Alors, même si ça n’enlève en rien la beauté de l’histoire d’amour en Reagan et Vic, ce procès m’est apparut un peu comme un petit caillou dans la chaussure. Il a fait perdre un peu de sa crédibilité à l’histoire même si, les autrices, réussissent quand même à rattraper le coup à la fin.

Pour conclure, je dirai que pour une première Dark Romance, With You a été une très belle découverte pour moi. C’est un genre qui, à la différence de la romance pure, pourrait peut-être me plaire même si ça reste quand même assez particulier comme littérature. En tout cas, je le répète, ce n’est pas un livre à mettre entre toutes les mains. Ne vous attendez pas à lire une simple romance mêlé à une pointe de thriller, non ! On est à des années lumières de ça !

Sans titre-2

« À l’époque, je n’arrivais pas à mettre des mots sur l’amour. Quels étaient les signes qui nous indiquaient qu’on aimait quelqu’un ? Je n’avais pas de comparaison de l’amour avant Vic, ce n’est qu’après elle que j’ai compris qu’aimer quelqu’un ne pouvait pas être réellement défini. On aime, tout simplement, on le sent, et on le sait au fond de soi-même. Quand on aime, une part de nous même se mélange avec l’autre personne, voilà pourquoi on a l’impression qu’il nous manque un bout de soi lorsque tout s’arrête. »

« On peut achever quelqu’un en quelques mots, en y mettant la conviction qu’ils sont vrais, on peut le faire. On peut détruire une vie en répétant à une personne, chaque jour que dieu fait durant quatre ans, qu’elle mérite ce qui lui arrive. Les mots peuvent être la pire des armes. »

Chronique, Jeunesse/Aventure, Romance/Roman Historique

Sous la même étoile de Kelley York

couv5429637 Sous la même étoile de Kelley York

Une fois le lycée terminé, Hunter et sa demi-sœur Ashlin décident de prendre une année sabbatique et d’emménager chez leur père. Là-bas, ils retrouvent Chance, un garçon fantastique avec qui ils passent tous leurs étés depuis l’enfance. Si le jeune homme les a toujours fascinés, Ashlin et Hunter éprouvent bientôt pour lui de tout autres sentiments. Mais ils comprennent aussi que les excentricités de Chance dissimulent une vérité bien plus noire…

……………..3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Pocket Jeunesse  Genre : Jeunesse Romance ◈ 285 pages ◈ Sortie : 2 Juin 2016 ◈ Ma note : 17/20

………………3107950465_1_14_xtZAH0OF

 

Quelques mots sur l’auteur…

Kelley York vit à Sacramento avec sa femme et sa fille. En plus de l’écriture, elle étudie le graphisme et la psychologie. Elle rêve également d’ouvrir un refuge pour animaux à la campagne… pour le plus grand bonheur de ses deux chiens et de ses bien trop nombreux chat… Fascinée par l’esprit humain, elle aime inviter ses lecteurs à réfléchir grâce à ses personnages et si elle réussit à leur transmettre des émotions, alors sa mission est réussie ! En 2016, sort chez les éditions Pocket Jeunesse son livre Sous la même étoile. Elle est également l’auteur des romanes suivants : La rencontre du dernier espoir, Le piège de l’innocence et Les derniers battements de coeur.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Dans Sous la même étoile, on va suivre trois personnages : Hunter, sa soeur Ashlin et leur meilleur ami Chance. Tous trois se connaissent depuis leur enfance et partagent une amitié très forte. Après avoir obtenu leur diplôme, Hunter et Ashlin ont décidé de prendre une année sabbatique et de la passer chez leur père qui se remet tout juste d’un accident de travail. Heureux de revoir leur ami Chance, ils vont découvrir des vérités les plus surprenantes les unes que les autres, à propos de leur ami. Pourquoi leur a-t-il menti sur sa vie et sa famille ? Quelles sont ses mystérieuses blessures qui recouvrent son corps ? En parallèle, Hunter va se remettre en question sur ses sentiments pour Chance. 

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Ce livre, il m’a à la fois fascinée et frustrée.

J’ai beaucoup aimé l’histoire, je l’ai trouvé très belle et très bien amenée. Ce n’était ni trop lent ni trop rapide et c’est ce que j’ai le plus apprécié. Les relations entre les personnages évoluent à bonne vitesse et cela rend l’histoire crédible et réaliste. C’est aussi un très bon page-turner, les aventures d’Hunter, Ashlin et Chance sont vraiment intéressantes à suivre et surtout très addictives ! L’alternance des points vus est quelque chose que j’apprécie beaucoup dans mes lectures, je trouve que ça donne du rythme et un certain peps à l’histoire, donc, c’est un point positif pour moi.

Autre point positif, c’est la pluralité des thèmes abordés par l’auteure. Même si cela n’est pas traité en profondeur (il faut prendre en compte le fait que ce livre est considéré comme un livre jeunesse), Kelley York parle de sujet très fort dans cette histoire, à savoir : l’homosexualité, la maltraitance chez les enfants, la séparation des parents, le fait de vivre dans une famille recomposée etc… Tous ces thèmes se marient très bien dans cette histoire, l’auteure n’en a pas trop fait, elle a réussi à doser tout cela comme il faut. Sincèrement, c’est un livre qui m’a beaucoup plu et surtout beaucoup touchée et les personnages y sont pour beaucoup. Sans trop faire de chichis, Kelley York a réussi à créer trois personnages forts, qui ont du charisme et qui occupe chacun une place importante dans l’histoire.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Tout au long du livre on est tour à tour dans la tête d’Hunter et d’Ashlin, par conséquent on apprend petit à petit à les découvrir. Hunter est un personnage sympa à suivre dans la mesure où il se sent perdu et se pose beaucoup de questions concernant ses sentiments pour Chance. Il l’aime, il le sait, mais toute la question c’est de quelle manière ? Est-ce-que c’est de l’amitié ou de l’amour ? Il ne le sait pas, surtout qu’en plus il a déjà une petite amie, Rachel, avec laquelle il se sent bien. C’est un personnage qui est en quête d’une partie de lui-même, en quête de son identité sexuelle, et j’ai trouvé cela intéressant à suivre, personnellement. Pour Ashlin c’est autre chose, elle se retrouve un peu coincée entre Chance et son frère. Depuis toujours elle ressent des sentiments pour Chance mais n’a jamais osé le lui avouer. Ce que j’ai apprécié c’est que l’auteure n’en a pas fait un personnage « bouche trou », c’est-à-dire qu’elle ne tient jamais la chandelle entre Chance et Hunter et elle n’est pas non plus considérée comme la cinquième roue du carrosse. Concernant Chance c’est surement le personnage le plus touchant du livre. Au fil des pages l’on va apprendre que sa vie n’a jamais été toute rose, c’est un enfant battu et ses parents ne l’ont jamais aimé.

Vous l’aurez compris, dans Sous la même étoile, on suit des personnages en quête de réponses à leurs questions, des personnages qui ont un passé compliqué, des personnages qui entretiennent un lien très fort entre eux etc… C’est donc une lecture palpitante qui vous attend, ajouter à cela, qu’un meurtre sera commis dans l’histoire. Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser découvrir tout ça. Autant vous dire que cela a été, pour moi, une lecture addictive et mouvementée.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

MAIS, oui parce qu’il y a un gros « mais » dans ce livre, j’ai été énormément frustrée par la fin ! Elle vous tombe dessus comme un gros coup de massue, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Je l’ai trouvé très bâclée et, par conséquent, elle vous laisse un goût de pas assez et de pas fini. Une suite serait-elle prévue ? Je n’en sais rien, mais elle serait en tout cas la bienvenue pour ma part. Beaucoup trop de questions qui sont restées sans réponses et j’ai trouvé que les personnages avaient encore un bon bout de chemin à faire dans leur histoire respective. Quand on voit par où les personnages sont passés, quand on voit comment Hunter s’est torturé l’esprit pour comprendre ses sentiments pour Chance, quand on voit comment Ashlin a fait un travail sur elle pour accepter cette situation quand on voit tout ça on se dit : « mais non ! Mais ce n’est pas possible de faire une fin pareille ! Mais ça n’a servi à rien tout cela alors ?! » Franchement, frustration totale à 10000% ! On n’a réellement le sentiment que le livre n’est pas fini. Ah mais quelle horrible sensation !

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Malgré tout, Sous la même étoile a été une belle lecture, une lecture agréable. J’ai aimé l’alternance des points de vus ainsi que la plume de Kelley York. J’ai également apprécié le fait qu’elle aborde des thèmes comme l’homosexualité non assumé ou encore la maltraitance, qui sont des thèmes très durs et encore très tabous. Tout est fait en finesse car cela n’a pas rendu la lecture lourde ou bien pesante, c’était vraiment bien. Un livre que je recommande malgré une fin à vous détruire le coeur et vous arracher les cheveux. 

Sans titre-2

« Puis Chance se lève et va embrasser notre père et Isobel. Puis il me regarde. Et que faire, sinon sourire quand il se jette à mon cou, me serrant fort contre lui, m’embrassant sur la joue ?
Pas tant sur la joue qu’un peu plus bas, le long de la mâchoire.
Deux centimètres de différence qui multiplient par dix l’intimité de son baiser. »

« Pour moi, je connaissais de Chance tout ce qui importait vraiment. Chance était l’étrangeté et la fantaisie incarnées. Il était notre ami, à Ashlin et à moi, un ami à nul autre pareil.
Chance était notre été. »

Chronique, Jeunesse/Aventure, Romance/Roman Historique

Les lettres volées : 1661, Mlle de Sévigné au temps du Roi-Soleil de Silène Edgar

couv39075770 Les lettres volées : 1661, Mlle de Sévigné au temps du RoiSoleil de Silène Edgar

A l’époque des Précieuses en 1661, Mlle de Sévigné, fille de Madame et âgée de 16 ans, fait son entrée à la Cour. Françoise y vit nombre d’aventures sans toutefois en parler à sa mère notamment pour ce qui concerne l’enquête qu’elle mène afin de retrouver un papier compromettant qui prouverait l’existence d’une liaison entre sa mère et Fouquet. Serait-il le père secret de Mlle de Sévigné ?

…………….3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Castelmore  Genre : Jeunesse -Historique ◈ 306 pages ◈ Sortie : 18 Mai 2016 ◈ Ma note : 15/20

………………3107950465_1_14_xtZAH0OF

 

Quelques mots sur l’auteur…

Silène Edgar est professeure de français et anime le site Callioprofs à destination des professeurs de collège. Elle est l’auteure d’une trilogie d’anticipation jeunesse pour les Éditions du Jasmin. Elle s’est également vu décerner le prix Gulli du roman 2014, avec son complice Paul Beorn, pour 14-14, un titre disponible aux éditions Castelmore.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Dans Les lettres volées, 1661, Mlle de Sévigné au temps du Roi-Soleil, on va suivre Françoise, fille de Mme de Sévigné qui va sur ses quatorze ans et qui par conséquent doit commencer à faire ses premiers pas dans le monde de l’aristocratie. Depuis enfant c’est sa mère qui a fait son éducation. Elle lui a transmis sa passion pour la lecture et l’écriture et lui a appris les bonnes manières. Toute excitée à l’idée de fréquenter les gens de la Cour, Françoise va vite se rendre compte que ce n’est pas aussi bien qu’elle l’espérait

3124717799_1_7_qTr1GXBe

Ce n’est pas mon premier Silène Edgar. En effet, j’ai déjà lu 14-14, écrit en collaboration avec Paul Beorn, qui avait été une excellente lecture pour moi. On avait frôlé le coup de coeur tant l’histoire était magnifique. Et je dois dire que je m’attendais un peu à ressentir à nouveau ce genre de sentiment en me lançant dans cette lecture mais cela n’a pas été le cas. Dommage ! Cela dit, même si on est loin de mon micro coup de coeur pour 14-14, ce livre n’est pas mauvais en soi, je vous rassure !

En effet, dès les premières pages je me suis laissée porter par l’histoire. L’intrigue est comme toujours bien ficelée et le côté historique est vraiment très intéressant. La plume de Silène Edgar étant très fluide et très addictive, ce livre est un sympathique page-turner. Je trouve que l’auteur a vraiment un don pour captiver le lecteur et la façon qu’elle a d’amener l’aspect historique dans son histoire est vraiment bien faite car, à aucun moment, on a la sensation de « lourdeur ». J’entends par là que, parfois, dans certains romans historiques, le côté historique justement est trop présent, trop accentué, que ce soit par le vocabulaire employé, les nombreuses descriptions des monuments ou des paysages, les expressions utilisées par les personnages etc… Tous ceci peut parfois faire lourd dans un récit, surtout lorsque ce dernier est très court, mais dans Les lettres volées, il n’y a pas ce sentiment et je trouve cela vraiment bien. C’est une histoire jeunesse très fraîche, très sympa et qui m’a globalement plu même si j’en attendais plus.

3124717799_1_7_qTr1GXBe

Après, forcément, il y a quelques petits couacs pour ma part. Il y a deux choses négatives que je pourrai dire à propos de ce livre. Tout d’abord, le résumé. Je trouve sincèrement qu’il vend du rêve, mais une fois qu’on a lu le livre on se demande si ce n’est pas un résumé un peu exagéré ? Certes l’histoire est bien et l’intrigue rondement menée mais quand je lis ça « Françoise y vit nombre d’aventures sans toutefois en parler à sa mère notamment pour ce qui concerne l’enquête qu’elle mène afin de retrouver un papier compromettant qui prouverait l’existence d’une liaison entre sa mère et Fouquet », je m’attends à un récit dynamique avec quelques rebondissements. Et bien non ! L’enquête que mène Françoise est vraiment mise en second plan. D’ailleurs c’est à se demander si l’on peut réellement parler d’enquête ? Il n’y a pas réellement de suspense et les quelques révélations ne sont pas transcendantes. Donc je pense qu’il faut un peu faire abstraction de ce résumé et se focaliser surtout sur le contexte historique de l’histoire. On est ici plutôt dans un récit qui parle de valeurs, de la place que l’on a dans la société, du regard des autres etc… Il faut oublier un peu le côté « enquête » de l’histoire et ne pas s’attendre à cela, sinon on est rapidement déçu. Cela a été mon cas, j’ai été un poil déçue de ne pas retrouver ce côté secret de famille, mystère etc… Je m’attendais vraiment à quelque chose dans ce genre là mais non. Et enfin, le second point négatif c’est que j’ai trouvé dommage que Silène Edgar ne soit pas entrer un peu plus dans le vif du sujet. Je sais que ce livre est destiné à la jeunesse mais j’aurai aimé que l’histoire soit plus profonde car Françoise est un personnage intéressant et sa psychologie méritait d’être un peu plus approfondie. Mais bon, cela n’engage que moi.

3124717799_1_7_qTr1GXBe

Pour ce qui est des personnages justement, l’histoire est principalement centrée sur Françoise et sa mère. Comme je l’ai dit plus haut, on est ici dans un récit centré sur les valeurs. Mme de Sévigné a des principes, des idées et des valeurs qu’elles souhaitent impérativement transmettre à sa fille. Pour elle, c’est l’éducation avant tout et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle a décidé d’élever elle-même sa fille plutôt que de la confier à une nourrice, comme cela se faisait à l’époque. Elle peut sembler dure avec sa fille mais on comprend rapidement qu’elle l’aime plus que tout au monde et qu’elle l’exprime parfaitement dans les lettres qu’elle lui écrit. Françoise quant à elle, se pose beaucoup de question dans ce roman. Elle est attirée par les belles robes et le côté mondain, elle souhaite qu’une chose c’est de fréquenter des gens de la Cour mais à côté de ça elle garde quand même les pieds sur terre. Et petit à petit, au fil du roman, elle va ouvrir les yeux et se rendre compte qu’au final ce que les gens pensent on s’en moque un peu l’important c’est d’être libre. Elle ne veut clairement pas qu’un homme dirige sa vie et ses envies et c’est là toute la force de ce roman. Bien sûr il faut comprendre que, comme ça reste du jeunesse, l’auteur n’entre pas dans le vif du sujet. C’est simplement le sentiment que j’ai eu en lisant cette histoire. A savoir également que l’on retrouve plusieurs personnages historiques très connus dans ce livre comme par exemple : La Fontaine, Mme de la Fayette etc… 

Pour conclure je dirai que Les lettres volées : 1661, Mlle de Sévigné au temps du Roi-Soleil de Silène Edgar est un livre vraiment sympa à lire, rempli de références historiques et c’est un bon page-turner. Cependant, attention au résumé qui peut paraître un peu trompeur. On n’a pas réellement le côté enquête et secrets de famille qui ressort et les rebondissements ne sont pas nombreux. Une bonne lecture dans l’ensemble mais j’en attendais plus. 

Sans titre-2

« Ecrire une lettre est un geste d’amour ou d’amitié qui demande autant de soin que l’on a de sentiments pour la personne. Il ne s’agit pas seulement de lui donner des nouvelles, mais aussi de lui faire passer un moment agréable qui vous remplace le temps d’une lecture, donne l’impression que vous êtes là. »

« – Vous… vous me trouvez belle? hasarde Françoise.
– Eh bien, oui, mais ne vous enorgueillissez pas trop, un beau visage n’est rien sans un bel esprit, sauf à vouloir passer pour une cruche vide! »

Chronique, Jeunesse/Aventure, Romance/Roman Historique

Les filles de l’astrologue, T1 de Laurence Schaack et Françoise de Guibert

couv56733894Les filles de l’astrologue, T1 de Laurence Schaack et Françoise de Guibert. 

Thérèse, Ariane, Philomène et Soledad sont quatre soeurs et filles d’un astrologue. Lorsque ce dernier se fait arrêter car le roi Louis XIV interdit la pratique de l’astrologie, elles sont obligées de quitter leur maison et de se séparer.

……………..3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Rageot  Genre : Jeunesse – Historique ◈ 348 pages ◈ Sortie :  21 Mars 2018 ◈ Ma note : 13/20

………………3107950465_1_14_xtZAH0OF

 

Quelques mots sur les auteurs…

Laurence Schaack et Françoise de Guibert sont deux auteurs françaises, l’une vivant à Toulouse et l’autre dans les Pyrénées Orientales. Laurence Schaack travaillait, à la base, pour les éditions Albin Michel Jeunesse qu’elle a quitté afin de se consacrer pleinement à l’écriture de livres pour enfants. En quinze ans elle a publié une centaine d’ouvrages très variés (album, documentaire, romans etc…). Françoise de Guibert a été journaliste avant d’écrire des romans pour ados. Elle pratique des ateliers d’écriture dans le milieu scolaire et pénitencier. Elles ont déjà écrit une saga ensemble Trois ou Quatre amis et le premier tome de la saga Les filles de l’astrologue sort le 21 mars 2018 chez les éditions Rageot.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

d

Je remercie chaleureusement les Editions Rageot pour ce Service Presse. 

Dans Les filles de l’astrologue, le tome 1 on va suivre 3 soeurs, Philomène, Ariane et Thérèse ainsi que leur cousine Soledad. Elles possèdent chacune un caractère ainsi qu’un talent qui lui est propre. Alors que leur père (et oncle) est en voyage, Thérèse, la plus âgée, va recevoir une lettre de la part de ce dernier lui annonçant que son mariage a été avancée et qu’elle doit donc se rendre sur Paris au plus vite. C’est à contre coeur que Thérèse prépare ses bagages et se rend à la capitale. Une fois sur place elle apprend que son père s’est fait arrêter sur ordre du Roi car il est astrologue et que cette profession est considérée comme pas très chrétienne. Par conséquent, le mariage de Thérèse est annulé. Ses soeurs, sa cousine et elles vont tout faire pour essayer de sortir leur père de prison. Elles vont donc devoir se séparer et chacune va vivre ses propres aventures.

3124724347_1_7_AAdbJnve

J’avoue avoir un avis plutôt mitigé pour ce roman. Comme son titre l’indique, c’est un roman accès sur l’astrologie et je dois reconnaître que c’est justement ça qui m’avait attirée au départ. Et pourtant, une fois ma lecture lancée, ce côté là m’a un peu gêné. Je ne suis pas une passionnée d’astrologie, je ne lis même pas mon horoscope, c’est quelque chose qui ne m’a jamais intéressée et je pensais qu’en lisant ce livre cela allait peut-être attirer ma curiosité mais pas du tout. Je suis restée assez stoïque face à cet aspect là du roman, qui est pourtant la base de l’intrigue. Du coup, pour moi ça ne l’a pas trop fait. 

3124724347_1_7_AAdbJnve

Après, je trouve que l’intrigue est quand même originale, c’est vrai. Une histoire centrée sur l’astrologie, personnellement j’en ai rarement vu. Donc on peut au moins lui reconnaître ça à ce roman, c’est son originalité. Si vous voulez quelque chose d’un peu hors du commun comme ça, vous pouvez vous laisser tenter. Mais je pense qu’il faut quand même aimer l’astrologie ou s’y intéresser un minimum pour pouvoir apprécier pleinement ce livre. Car si c’est un thème qui nous tente pas, auquel on n’y croit pas ou qui nous intéresse pas, on peut très vite tomber dans la lassitude en lisant ce livre. 

Autre point positif que j’ai trouvé à ce roman c’est l’aspect historique. On est ici sous le règne du Roi Soleil et donc le côté historique de l’histoire occupe une grande place et a son importance. On y parle également d’Edmond Halley, celui qui a découvert la comète de Halley. Pour le coup, moi qui suis une passionnée d’astronomie c’est quelque chose qui m’a beaucoup plu même si on restait quand même en surface et qu’on n’entrait pas trop dans le vif du sujet mais j’imagine que ce sera pour le tome 2. 

3124724347_1_7_AAdbJnve

Pour ce qui est des personnages, malheureusement ça ne l’a pas fait. Que ce soit Thérèse, Ariane, Soledad ou Philomène aucunes n’a réussi à me séduire. Soledad est très superficielle, manipulatrice, prête à tout pour son propre bonheur et elle ne m’inspire pas confiance. Je ne sais pas pourquoi mais tout au long du bouquin je m’attendais à ce qu’elle fasse une crasse aux autres, mais bon ça n’a pas été le cas. Concernant les 3 autres, j’ai trouvé leur réaction un peu exagéré, on était beaucoup dans le mélodramatique, c’est vraiment le sentiment que j’ai eu quand je lisais. Beaucoup de Oh ! de Ah ! de Mon Dieu ! c’était lourd à la longue. A choisir, je dirai que le personnage d’Ariane serait peut-être le plus intéressant à suivre. Elle est intelligente, semble être celle qui est la plus mature des quatre et surtout elle connait tous les secrets de son père. C’est vraiment le personnage que j’ai le plus aimé suivre. Elles vont toutes les 4 être séparées et vivre des aventures différentes et pourtant aucunes de ces aventures ne m’a touché. La romance entre Thérèse et Baptiste, bof, ça n’a pas grand intérêt, en tout cas pour le moment. 

Malgré tout ces petits couacs, on sent quand même que le suspense plane au dessus de cette histoire. Quelque chose de pas nette se passe, il y a une ambiance assez triste je trouve et on a la présence d’un personnage, Le Balafré, qui nous fait comprendre que tous ce qui arrive aux filles étaient calculés et prévus d’avance. Il y a comme un parfum de vengeance qui plane sur l’intrigue et c’était plutôt intéressant même si mal amené et pas très bien exploité ni bien approfondis. Mais on a quand même envie de savoir le fin mot de l’histoire, donc même si ça n’a pas été une lecture extra, je lirai peut-être la suite, qui sait ?

3124724347_1_7_AAdbJnve

Pour conclure je dirai que Les filles de l’astrologue est un premier tome assez mal exploité, il y a quelques petits défauts et les personnages ne sont pas très passionnants à suivre, en tout cas pour moi. En revanche, l’intrigue est quand même originale et le côté historique très intéressant. A lire, pour ceux qui souhaitent sortir un peu de l’ordinaire et qui s’intéressent à l’astrologie. C’est un roman qui se lit rapidement et je suis certaine qu’il pourrait plaire à pas mal de monde.

Chronique, Drame/Contemporain, Jeunesse/Aventure, Romance/Roman Historique

La vie inachevée d’Addison Stone d’Adèle Griffin

couv10652401La vie inachevée dAddison Stone dAdele Griffin

Addison Stone est morte dans des circonstances mystérieuses : suicide ou meurtre ? L’auteure endosse le rôle d’une journaliste qui veut faire la lumière sur la fin tragique de cette étoile filante. Tour à tour, elle interroge toutes les personnes qui ont croisé la route d’Addison : parents, professeurs, meilleure amie et ex-petits amis vont nous livrer leur portrait de la jeune artiste et de sa vie… Ce portrait troublant est magnifiquement servi et enrichi par une iconographie foisonnante et une mise en page entièrement en quadrichromie.

……………..3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Castelmore  Genre : Jeunesse – Romance ◈ 320 pages ◈ Sortie : 21 Octobre 2015 ◈ Ma note : 13/20

………………3107950465_1_14_xtZAH0OF

Quelques mots sur l’auteur…

Adele Griffin est une auteure de livres Young Adult, née le 29 juillet 1970. Elle a écrit de nombreux romans pour dont La vie inachevée d’Addison Stone, qui est l’un de ses livres les plus connus. Ce roman est une biographie (fictive) d’une brillante artiste qui vient de décéder. Il est paru chez les éditions Castelmore le 21 octobre 2015.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Il sera assez difficile de vous faire un résumé de ce livre mais je vais essayer de faire de mon mieux.

La vie inachevée d’Addison Stone est une biographie fictive d’Addison Stone, une jeune adolescente brillante qui avait un certain talent pour l’art et qui malheureusement vient de décéder alors qu’elle semblait avoir pourtant toute la vie devant elle. Sa mort a bouleversé le monde entier et notamment Adèle Griffin qui décide de fouiller dans le passé de la jeune artiste afin d’écrire sa biographie.  

3124724347_1_7_AAdbJnve

Je n’étais, à la base, pas réellement intéressée par ce bouquin mais quand je l’ai vu à 0.99 cts lors de la Grosse OP l’année dernière, je me suis dit « pourquoi pas ? ». Je n’avais pas particulièrement d’attentes pour ce roman et je savais qu’il n’avait pas fait l’unanimité chez tout le monde, par conséquent, c’est avec un peu d’appréhension que je me suis décidée à le sortir de ma PAL. Et comment vous dire … ? Cela n’a pas été une excellente lecture.

Mais commençons par les quelques points positifs que j’ai pu trouver dans ce livre, car, malgré tout, il y en a. Tout d’abord, le livre en lui-même, il faut avouer qu’il est canon ! Je l’ai en numérique mais je sais que c’est un harback car je l’ai déjà vu en librairie et en plus la couverture je la trouve vraiment très belle. Elle reflète parfaitement le contenu du bouquin. Ensuite, c’est un très bel objet livre puisqu’en plus d’une belle couverture, le livre contient de très belles photos, des dessins, des croquis, des peintures etc… Voilà, là dessus, difficile de dire quelque chose de négatif, il faut vraiment être pointilleux ou difficile pour ne pas trouver ce livre beau. Ensuite, je dois avouer que c’est un livre qui se lit rapidement et pourtant l’histoire n’est pas extraordinaire. La plume d’Adèle Griffin a quelque chose de magique, je ne sais pas, car même si je me suis ennuyeux durant cette lecture et que l’histoire était très lente et bien je n’ai pas vu le temps passer en le lisant. Ce n’est pas addictif non plus mais je ne sais pas, ça se lit super bien et super rapidement c’est hallucinant ! Et enfin, le dernier point positif pour moi, ce sont les quelques passages intéressants de la vie d’Addison, notamment les phases ou elle plonge dans la schizophrénie. J’ai trouvé ces passages très intéressants.

3124724347_1_7_AAdbJnve

Mais malheureusement en dehors de cette forme très belle et originale, ce livre n’est pas extraordinaire dans le fond. J’ai trouvé l’histoire très « molle », franchement il n’y a aucun suspense, aucune action, aucun rebondissement, c’est très linéaire. La vie d’Addison Stone est parfois très intéressante à suivre et parfois très ennuyeuse. Les seuls passages qui m’ont intéressés sont ceux où l’on parle de sa schizophrénie, de ses hallucinations et des voies qu’elle entend dans sa tête. Mais même là, il y a un souci pour moi c’est que ces passages n’ont pas été très développé et sont très peu nombreux. J’ai trouvé cela vraiment dommage car c’est ce qui le plus intéressant dans l’intrigue. Même la romance je l’ai trouvé plate et limite pas très crédible

3124724347_1_7_AAdbJnve

Là où j’ai eu le plus gros soucis c’est sur le personnage d’Addison Stone. Elle n’a que 16-18 ans dans l’histoire et pourtant on a l’impression qu’elle a un passé de star ayant une très longue carrière derrière elle. Je n’ai pas trouvé cela très réaliste, on a vraiment le sentiment, qu’Addison a tout vécu, tout vu, fait les 400 coups et qu’elle a un passé de débauche. Elle prend très vite la grosse tête et n’hésite pas à se sentir supérieur aux autres. Je ne sais pas, mais en tout cas moi cela m’a un peu dérangé et ne m’a pas vraiment convaincu. Et quelque part ce manque de réalisme à mes yeux fait que je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. Je n’ai pas été attristée, ni même touchée d’une quelconque manière, par son histoire. En dehors des passages où elle est malade, c’est un personnage qui ne m’a pas intéressé, ni elle, ni sa vie, ni son art, ni son histoire, ni son passé, rien. Cela est aussi du, je pense, au fait qu’on la perçoit uniquement à travers les interviews de ses proches. Difficile de s’attacher et/ou de comprendre un personnage que le lecteur n’a pas « directement » en face de lui. Quant aux autres personnages, rapidement, la narration sous forme d’interview fait que l’on n’a pas vraiment le temps de les connaître, de s’attacher et de s’intéresser à eux. 

3124724347_1_7_AAdbJnve

Sincèrement, La vie inachevée d’Addison Stone a été, pour moi, un livre très difficile à chroniquer (en tout cas à argumenter les points que j’ai aimé ou non) car à la fin de ma lecture je me suis dit « Mais ? y’a quoi à chroniquer en faite ? ». Bref, en tout cas j’espère que cette chronique sera assez développée pour vous. La vie inachevée d’Addison Stone est un très bel objet livre certes mais qui manque cruellement de peps au niveau de l’intrigue. L’histoire n’est malheureusement pas très intéressante (ennuyeuse même parfois) à suivre et même si la plume d’Adèle Griffin en fait un livre rapide à lire, ça ne suffit pas, en tout cas pour moi, à apprécier le bouquin. Il est original ! Il faut au moins lui accorder ça. 

Ma note : 13/20

Sans titre-2

« Certains se demandent s’ils vont oser perturber l’ordre de l’univers. D’autres font exploser ledit univers en mille morceaux pour voir à quoi il ressemblera le lendemain. »

« J’avais besoin de m’assurer que cette fille si pleine de vie n’était plus de ce monde. Normalement, son esprit était un enchevêtrement de câbles fumants et brulants, alors j’ai été pour le moins frappée par le calme de son visage. Je n’y lisais ni peur ni panique. Ses paupières étaient fermées , ses cils recourbes ; on aurait dit une poupée . Ses joues roses, ses cheveux brillants. Pas la moindre trace d’épuisement , d’usure. Juste ma petite Addy qui faisait une sieste. »

Chronique, Jeunesse/Aventure, Romance/Roman Historique

Mon petit coeur de pierre – Lucile Caron-Boyer

kjh.png

Je souhaite tout d’abord remercier Lucile Caron-Boyer pour l’envoi de ce livre ainsi que le marque page et le petit mot 🙂

d

Ancienne avocate, actuellement mère au foyer, Lucile Caron-Boyer est auteur d’un premier roman, « Mon petit cœur de pierre » paru en 2017 chez les éditions Librinova.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Dans Mon petit coeur de pierre, on va suivre le quotidien de Marion, une jeune collégienne qui fait sa rentrée en troisième. Elle n’a qu’une seule envie c’est de retrouver son meilleur ami Tom après deux mois et demi de séparation. Sa petite vie est plutôt tranquille jusqu’au jour où elle rencontre pour la première fois son professeur d’SVT. Cet homme lui rappelle quelqu’un, une personne vraiment importante pour elle. Avec l’aide de son ami Tom elle va tenter de percer le mystère qui entoure son professeur. Et comme cela ne suffisait pas, Marion, que son meilleur ami surnomme coeur de pierre, va faire la rencontre du nouveau de la classe, un beau garçon prénommé Alex qui n’a pas l’air de la laisser de marbre. 

3124715789_1_9_5M4hqXDU

Ce livre je le voyais partout et j’en ai entendu que du bien ! Il est très bien noté sur les sites littéraires et a plutôt de bonnes critiques. Le résumé m’intriguait beaucoup et j’ai donc demandé à l’auteure si c’était possible de me l’envoyer car il me tentait trop. Elle a accepté et la remercie encore une fois. Je l’ai lu le lendemain du jour où je l’ai reçu, le temps pour moi de terminer ma lecture en cours. Résultat : c’était une lecture toute mignonne, touchante, sympathique et qui donne le sourire. Une lecture parfaite après avoir lu un thriller psychologique remplit de suspense. Je dois avouer que cette histoire ne m’a pas laissée indifférente. Je l’ai beaucoup appréciée, d’ailleurs je l’ai lu d’une seule traite, mais au fond de moi j’en attendais peut-être un peu plus. Cela reste quand même de la jeunesse, donc une intrigue sans surprise, sans rebondissements et sans suspense.  

3124715789_1_9_5M4hqXDU

Comme je l’ai dit, Mon petit coeur de pierre est une lecture doudou, une lecture sympathique qui apporte de la fraîcheur et du baume au coeur. C’était très touchant de suivre Marion et son ami Tom à travers leur quotidien de collégiens. Cela m’a rappelé tellement de souvenirs (bons comme mauvais d’ailleurs) que j’ai ressentie une pointe de nostalgie à la fin de ma lecture. Le personnage de Marion a beaucoup attiré mon attention et pas uniquement à cause du fait qu’elle soit le personnage centrale de l’histoire. Non, elle m’a interpellé car je me suis reconnue dans cette jeune fille. Tout comme elle, au collège j’étais ce qu’on pouvait qualifier de fille au coeur de pierre. Ce personnage m’a beaucoup intéressé et je me suis sentie très proche d’elle, j’avais parfois l’impression de revivre mes 13-14 ans. C’était un beau moment de lecture pour moi de ce côté là. 

3124715789_1_9_5M4hqXDU

Pour ce qui est des personnages, le lecteur assiste ici à l’évolution de la relation entre Tom et Marion. Des sentiments de plus en plus ambigus et de plus en plus profonds vont s’installer progressivement entre eux et cela déstabilisera beaucoup notre héroïne, elle qui a du mal à ouvrir son coeur plus que nécessaire. Leur relation m’a énormément touchée aussi, car, cette amitié fusionnelle je l’ai connu moi aussi et à la même époque que notre jeune protagoniste. Donc, encore une fois pleins de souvenirs me sont revenus en mémoire. Ce livre a le chic pour vous faire revivre vos années adolescentes. Pour continuer sur le personnage de Marion, je l’ai trouvé très mature pour ses 13 ans, un peu trop peut-être ? Car j’ai trouvé qu’elle acceptait les choses avec une certaine facilité qui m’a un poil dérangée et qui ne reflète peut-être pas vraiment la réaction d’une adolescente de 13 ans. Du coup, j’ai ressentie un très très léger manque de crédibilité sur certaines de ses réactions. Après rien de dramatique, je vous rassure. Elle a aussi beaucoup d’humour et de répartie. Son caractère un peu fort, ajoute du peps à la lecture et rend l’histoire moins mielleuse qu’elle pourrait paraître. C’est plutôt un bon point pour ma part. Je dirai que le personnage de Tom est un peu identique à celui de Marion à l’exception du fait qu’il a toujours été le souffre douleur des autres élèves et qu’il a un passé un peu plus « sombre » sur lequel j’aurai aimé en savoir un peu plus

3124715789_1_9_5M4hqXDU

Pour conclure je dirai que Mon petit coeur de pierre a été, pour moi, une bonne lecture, mignonne et sympathique mais sans surprise. J’aurai aimé un peu plus de détails sur certaines choses, ainsi que des personnages avec de véritables réactions d’adolescents. En dehors de ça ce livre est un chouette page-turner. La plume de Lucile Caron-Boyer est très fluide et elle rend la lecture simple et rapide. Pour un premier roman c’est une réussite ! Même si l’intrigue est assez classique, c’est une histoire mignonne et sans prise de tête que nous présente l’auteure et que je recommande aux ados et même à ceux qui souhaitent, à travers Marion, revivre les plus beaux moments de leurs années collèges. 

Ma note : 16/20

Sans titre-2

« Depuis quelques temps, grâce à internet, j’avais élargi mon champ d’investigation aux langues étrangères, j’aimais les mots intraduisibles, ceux dont l’équivalent n’existait pas dans notre langue, j’adorais l’idée qu’il existait forcément quelque part sur terre un mot pour chaque chose, émotion ou sensation, et qu’il suffisait d’explorer pour finir par le trouver. »

« J’ai senti un sourire prendre possession de mes lèvres. Et mon cœur qui revenait battre à l’endroit de notre baiser. »