Chronique, Fantasy/Fantastique

La maison au milieu de la mer céruléenne – TJ Klune

La maison au milieu de la mer céruléenne de TJ Klune

Une île magique. Une mission dangereuse. Un secret brûlant. Linus Baker mène une vie tranquille et solitaire. À quarante ans, il vit dans une petite maison avec un chat caractériel et ses vieux disques. En tant qu’agent du Ministère de la Jeunesse Magique, il doit s’assurer du bien-être des enfants dans les orphelinats supervisés par le gouvernement. Mais lorsqu’il est convoqué de manière inattendue par les Cadres Extrêmement Supérieurs, il se voit confier une mission curieuse et hautement secrète : se rendre sur l’île de Marsyas dans un foyer où résident six dangereux pensionnaires. Obligé de mettre ses craintes de côté afin de rédiger un rapport objectif sur l’établissement, Linus va vite comprendre que les enfants ne sont pas le seul secret que renferme l’île. Il devra également réussir à cerner le charmant et énigmatique directeur des lieux, Arthur Parnassus, qui fera tout pour défendre ses protégés. À mesure qu’il découvre d’incroyables secrets et qu’il se rapproche d’Arthur, Linus va se retrouver confronté au plus difficile des choix : faire son devoir ou écouter son cœur.

Fantasy – Edition De Saxus – 474 p

Linus Baker est un employé du Ministère de la Jeunesse Magique, qui a tendance à prendre son travail très à coeur, ayant pour mission d’évaluer les conditions dans lesquelles vivent des enfants dotés de pouvoirs magiques. Ces enfants vivant bien entendu dans des orphelinats. Etant un employé modèle, Linus a à coeur de ne pas trop s’impliquer émotionnellement dans les affaires qu’il traite. Il mène également une petite vie tranquille et monotone au centre ville. Tout va bien pour lui jusqu’au jour où les Cadres Extrêmement Supérieur lui confie une mission classée top secrète. Cette mission consiste à aller enquêter sur un orphelinat situé sur une île dont Linus n’a jamais entendu parler. Selon ses supérieurs, cet orphelinat abriterait des enfants vraiment hors du commun et aurait pour directeur un certain Arthur dont les Cadres Extrêmement Supérieur semblent s’intéresser de près.

Voici une lecture qui a pris un virage auquel je ne m’attendais pas. Dans cette histoire on va suivre le personnage de Linus qui est plutôt attachant et dont l’existence est plutôt monotone, d’où un début de lecture un peu lent par moments. Les 120 premières pages racontent le train train quotidien de notre personnage principal dont la vie n’est pas très trépidante. En effet, Linus est un quadragénaire, célibataire, vivant avec un chat au mauvais caractère et vouant sa vie à son travail et au Ministère de la Jeunesse Magique. C’est un homme minutieux, respectueux des règles du Ministère (peut-être trop respectueux ?), trouillard aussi, qui n’aime pas les conflits et qui a peur de sa patronne. Durant la première partie du roman je l’ai trouvé très plat. Avec lui comme seul personnage central, l’intrigue n’avançait pas trop. Je ne parlerai pas d’ennuie car durant cette partie là on découvre également l’univers du bouquin, qui ma foi est assez plaisant et original.

C’est lors de l’arrivée de Linus sur l’île que les choses vont commencer à être plus palpitantes. La rencontre avec les autres personnages va donner un sacré coup de fouet à l’intrigue qui va devenir un peu plus dynamique. L’univers créé par l’auteur, à travers ses différents personnages, est vraiment atypique, voir original. Dommage, cependant, que l’auteur ne soit pas entré encore plus dans les détails. J’avoue que le fait que l’auteur ne développe pas plus son univers m’a un peu déçue au début.

Mais cette mini déception s’est rapidement volatilisée lorsqu’au fil des pages l’on comprend où l’auteur veut en venir avec son histoire. Il ne s’agit pas réellement un roman pur fantasy. A travers ce bouquin TJ Klune va nous parler d’amour, d’acceptation de soi, de différence, de racisme, d’homosexualité, des préjugés que l’on peut avoir sur les autres, de maltraitance etc… Tout cela bien sûr avec douceur et bienveillance. Il faut donc voir ce livre plus comme un livre prônant la tolérance plutôt que comme un roman fantasy.

Même si l’intrigue est plutôt lente, suivre l’évolution du personnage de Linus donne de l’attrait au récit. C’était intéressant de constater comment les enfants de l’orphelinat vont changer progressivement le point de vue de notre personnage principal et vis versa. C’était une bonne découverte, différente de ce à quoi je m’attendais mais je n’ai pas été déçue. Je recommande ce bouquin car il est bourré de bonne volonté. C’est un petit bonbon et ce malgré les thèmes difficiles qui y sont abordés.

CarolinaBouquine.

Note : 4 sur 5.