Chronique, Thriller/Policier/Horreur

Une bonne intention – Solène Bakowski

Une bonne intention de Solène Bakowski

« Tous passeront à côté du sacrifice de l’un, de la confiance aveugle de l’autre, tourneront le dos à cet amour dingue, car c’est de ça qu’il s’agit, cet amour inconditionnel d’un jeune homme pour une fillette qui écrivait des lettres, cet amour d’une petite fille pour le jeune homme qui savait lui inventer des histoires. » Mati a neuf ans. Elle a perdu sa maman. Son père s’enlise dans le deuil et sa grand-mère s’efforce, à sa manière, de recoller les morceaux. Un soir, la petite ne rentre pas de l’école. On imagine le pire, évidemment. Comment croire que tout, pourtant, partait d’une bonne intention ? Le nouveau roman de Solène Bakowski nous offre, avec une ampleur et une acuité décuplées, le frisson gorgé d’amour qui a fait de son premier roman, Un Sac, un livre inoubliable.

Thriller Psychologique – Edition Bragelonne – 384 p.

.

Mati est une fillette de neuf ans qui vient de perdre sa maman. Alors que son père ne se remet pas du suicide de sa femme, c’est la grand-mère de Mati qui s’occupe d’elle. La fillette essaie tant bien que mal de faire le deuil de sa maman et commence à lui écrire des lettres. Un après-midi Mati ne rentre pas de l’école et au même moment, ou presque, son père a un accident de voiture.

Mon ressenti par rapport à cette lecture n’est pas très positif, malheureusement. Heureusement que le roman est assez court (384 pages), c’est d’ailleurs son seul point positif à mes yeux, car sinon je l’aurai abandonné (chose que j’ai failli faire au bout de 150 pages). Bien que le sujet de l’intrigue soit intéressant je n’ai pas du tout adhéré ni à la plume ni au style d’écriture de Solène Bakowski. J’avais l’impression que l’auteure se répétait sans cesse. Beaucoup de phrases, de paragraphes pour décrire si peu de chose voire même toujours la même chose.

Ce livre est censé dégager certaines émotions, comme la peur, la rage, la tristesse, l’incompréhension, car après tout Mati disparaît, on ne sait pas ce qu’il lui est arrivé et son père a un accident de voiture. Toute cette famille vit une épreuve dramatique et pourtant à aucun moment je n’ai ressenti quoique ce soit. Ce livre m’a tout simplement laissé de marbre du début à la fin. Le sort de cette famille m’a laissé complètement indifférente. Pour moi, l’auteure n’a pas réussi à retranscrire les émotions dans son bouquin. La raison de tout cela ? Selon moi elle tient dans le fait que toute l’intrigue est bancale et repose sur des personnages creux et peu crédibles ! A aucun moment je n’ai trouvé cette histoire fiable. Dans le roman, Mati est une fillette de neuf ans et pourtant elle a une maturité qui est bien trop grande pour une fillette de son âge, et ce malgré toutes les épreuves qu’elle a bien pu subir. Je suis désolée mais ça ne passe pas avec moi même avec la meilleure volonté du monde. Les dialogues entre Mati et les autres m’ont paru irréalistes. Et à partir du moment où l’on n’y croit pas, il est difficile d’apprécier sa lecture.

Pour ce qui est des autres personnages rien ne va non plus. Entre le père absent, le grand-père passif, la grand-mère surprotectrice, mauvaise, louche et qui a, à première vue pas mal de choses à se reprocher, le frère complètement inutile, l’auteure n’était donc pas prête à me convaincre de son histoire. Tous ces personnages sont vraiment très particuliers et manquent de crédibilité. Le seul qui vaut le détour c’est Rémi. Je ne vais pas en dire trop sur son compte pour ne pas vous spoiler mais il s’agit probablement du personnage le plus humain de l’histoire, celui qui se soucie véritablement de Mati. Dommage qu’il passe un peu au second plan vers la fin.

Une bonne intention est un roman qui a été vite lu et qui sera vite oublié. Hormis le fait qu’il soit court, qu’il se lise assez vite et que le personnage de Rémi soit intéressant, je n’ai pas beaucoup de choses positives à dire sur ce roman. Cela manque de travail et de profondeur au niveau des personnages. L’auteure est restée beaucoup trop en surface pour que l’histoire me paraisse crédible. Je suis donc passée complétement à côté de ce roman. Cela dit, je le recommande aux amateurs de thriller psychologique, qui pourront y trouver leur compte, peut-être.

CarolinaBouquine.

Note : 1.5 sur 5.

3 réflexions au sujet de “Une bonne intention – Solène Bakowski”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s