Chronique, Thriller/Policier/Horreur

Les enquêtes du Commissaire Léon, T3 : Il neige en enfer de Nadine Monfils

couv48904307.jpgLes enquêtes du Commissaire Léon, T3 : Il neige en enfer de Nadine Monfils

Dans la famille bourgeoise des Rastignac, l’ambition et la haine ont tout dévoré. La mère très prout-prout tue son ennui en cousant des paillettes partout ; le fils débile passe son temps à faire pisser son lapin empaillé ; le pépé en fauteuil roulant n’est pas tout net ; quant à la fille, Lou, elle a fui la demeure familiale pour les trottoirs de Pigalle…. Lorsque la voiture du père, riche industriel, finit grillée dans un ravin, c’est donc tout naturellement que la jeune femme s’adresse à son client préféré : le commissaire Léon. Car ce n’est qu’un début. Et l’arbre généalogique, tout pourri qu’il soit, ne tient plus qu’à un fil…

……….3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Pocket  Genre : Policier ◈ 288 pages ◈ Sortie : 2016 ◈ Ma note : 16/20

…..……3107950465_1_14_xtZAH0OF

Quelques mots sur l’auteure…

Nadine Monfils, née le  est une écrivaine et réalisatrice belge, vivant à Montmartre. Mariée, mère de deux enfants, Nadine Monfils enseigne la morale et publie en même temps son premier livre Contes pour petites filles perverses aux éditions le Cri. Éclectique, elle excelle dans tous les genres : poésie (douze prix), théâtre, bande dessinée (un projet de scénario adapté des « vacances d’un serial killer » avec Borris), roman, nouvelle… Le théâtre fait beaucoup appel à elle puisqu’elle a elle-même joué dans des pièces en wallon brabançon au Cercle l’Effort d’Ottignies. Parmi ses amitiés littéraires, il faut notamment citer Thomas Owen avec qui elle partageait un goût certain pour le fantastique, Bernard Noël, Marcel Moreau, Frédéric Dard et Jean-Pierre Jeunet côté cinéma. Pendant des années, elle donne des cours d’écriture de scénario en compagnie de Pascal Vrebos, à l’U.E.E. (Université européenne d’écriture créative et audiovisuelle). Elle a également rédigé des chroniques littéraires dans Père Ubu, journal satirique belge, pendant dix ans. Depuis 3 ans, elle écrit des critiques de polars pour Focus.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Dans ce troisième tome Nadine Monfils nous plonge dans le quotidien d’une famille bourgeoise (les Rastignac) assez particulière. En effet, la mère passe son temps à coudre des paillettes partout, la fille aînée déteste sa famille et pratique les sciences occultes, le grand-père en fauteuil roulant crache son venin à tout va tout au long de la journée, l’un des fils est handicapé mental, l’autre a du mal à supporter sa femme et sa fille et la fille cadette est une prostituée. Bien, bien… Joli tableau n’est-ce-pas ? Un jour, alors que toute la famille (ou presque) est réunie pour célébrer l’anniversaire du patriarche, Madame Rastignac apprend une mauvaise nouvelle : la voiture de son mari a atterri dans un fossé et a explosé. Lui et le chauffeur sont morts sur le coup. Lou, la prostituée de la famille, demande alors au Commissaire Léon qu’elle connait bien puisque c’est un bon client, d’enquêter sur cet « accident ».

Encore une fois j’ai adoré cette enquête. La plume décalée et l’imagination de Nadine Monfils m’épatent toujours autant. On a, une fois de plus, une enquête rondement menée ainsi que des personnes tous plus tordus les uns que les autres. C’est toujours un véritable plaisir pour moi de découvrir un livre de cette auteure. Je m’attends à tout mais je reste toujours bluffée par cet humour noir cette palette de personnages qu’elle nous présente à chaque roman.

Bon vous l’aurez compris, Les enquêtes du Commissaires Léon est une bonne saga policière et humoristique à mes yeux. C’est toujours un vrai plaisir de se plonger dans l’univers décalé de Nadine Monfils. Je vous recommande ses bouquins si vous n’avez pas peur du gore et des descriptions détaillées et très crues (car oui il y en a). Ce troisième tome est moins trashe que les deux premiers mais on retrouve dans celui là l’humour noir que m’avait un poil manqué dans le deuxième tome. 

Sans titre-2

« Depuis son accident, il avait appris beaucoup de choses… Principalement que les gens se cachent derrière un masque, et que quand ils le retirent ils se révèlent bien différents. Tous plus terrifiants les uns que les autres… »

« La haine est une arme terriblement efficace. Mais elle ignorait que ce sentiment, bien plus que l’amour, a un effet boomerang… »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s