Chronique, Fantasy/Fantastique

Le passageur, T1 : Le coq et l’enfant de Mel Andoryss

couv49061718Le passageur, T1 : Le coq et lenfant de Mel Andoryss

Matéo n’aurait jamais dû hériter du don de sa mère. Il n’aurait jamais dû entendre les pleurs des fantômes. Désormais, il n’a d’autre choix qu’accepter son héritage… ou sombrer dans la folie ! C’est au temps de la Commune, au milieu des horreurs de la semaine sanglante, qu’il débute son apprentissage… Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée. Pour s’en libérer, Matéo n’a d’autre choix que de rejoindre l’âme dans son époque d’origine afin d’y apaiser sa mort. Mais alors qu’il est propulsé au temps de la Commune et au milieu des horreurs de la semaine sanglante, il comprend que sa tâche ne sera pas si facile…

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : LYNKS  Genre : Fantastique ◈ 283 pages ◈ Sortie : 16 Mai 2018 ◈ Ma note : 17/20

3107950465_1_14_xtZAH0OF

dQuelques mots sur l’autrice…

Mel Andoryss est scénariste de BD, auteure de romans, nouvelles et de poèmes. Elle est professeur, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a choisi un pseudonyme. Andoryss est le scénariste de « Les Enfants d’Evernight » dont le premier volume fait parti de la sélection pour le prix Jeunesse 2012 au festival international de la Bande dessinée d’Angoulême. Avec « De l’autre côté de la nuit » (2014), elle signe son premier roman. Avant le roman, elle avait scénarisé la bande-dessinée éponyme, dessinée par Marc Yang. Elle est très influencée par des auteurs illustrateurs comme Miyazaki, Clamp, Mickaël Ende, Lewis Carroll ou encore J.M. Barrie. Sa série  »Le Soufflevent » a été un succès. Le 16 Mai 2018 sort Le Passageur, Tome 1 : Le coq et l’enfant chez les éditions LYNKS.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Le Passageur, tome 1 : le coq et l’enfant, raconte l’histoire de Matéo, lycéen, qui vit avec son frère Diégo, sa soeur Luisa et son père. Depuis quelques années Matéo a des soucis de santé. Alors qu’il n’était qu’un enfant, sa famille tombe malade et il perd sa mère ainsi que sa grande soeur. Son père le tient pour responsable de cette tragédie et n’hésite pas à lui rappeler à quel point il ne l’aime pas. Un jour, alors qu’il essaie d’échapper à des garçons de sa classe, Matéo fait la rencontre d’une jeune fille mystérieuse. Il comprend alors rapidement que cette fille est un fantôme. Mais il n’a pas peur car voir des spectres est chose courante dans sa famille depuis toujours. En effet, sa mère était une Passageuse, c’est-à-dire une personne ayant pour objectif d’aider les fantômes à retrouver leur chemin. Mais là où quelque chose cloche c’est que ce don est exclusivement réservé aux femmes, il n’y a pas de Passageur mais que des Passageuses. Entendant les pleures d’un trushal odji, une âme affamée, Matéo n’a d’autre choix que de remonter le temps et d’aider cette âme en souffrance.

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Lynks pour l’envoi de ce livre car j’ai passé un très bon moment ♥

3124724347_1_5_2LyQjNm1

Avant toute chose, je tiens à attirer votre attention sur la couverture de ce bouquin. Je la trouve sublime, personnellement. Elle reflète parfaitement l’univers de l’histoire, elle est sombre, mystérieuse et un poil terrifiante. En la voyant, je me suis tout de suite sentie attirer par ce livre et quand j’ai lu la quatrième de couverture, j’ai été conquise. 

Au risque de me répéter, j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce bouquin. Dès les premiers chapitres je me suis laissée emporter par la plume de Mel Andoryss et par l’univers qu’elle nous propose dans Le Passageur. L’autrice nous met dans l’ambiance dès les premières pages puisque le lecteur se retrouve dans le rêve de Matéo, un rêve très flou et très mystérieux. Le cadre est posé et à partir de là l’intrigue monte crescendo. Plus on tourne les pages, plus on va avancer dans l’histoire et je trouve que c’est important de le souligner car beaucoup de roman sont longs à démarrer, or ici ça n’est pas le cas. Chaque page tournée apporte au lecteur un peu plus de mystère, un peu plus d’interrogation et par conséquent un peu plus de suspense. Contrairement au personnage principal, nous, lecteur, nous ne savons pas ce qu’est un Passageur ni son but dans notre monde. C’est donc petit à petit que Matéo va nous l’expliquer et c’est un univers vraiment orignal qui va s’ouvrir à nous

1425.jpgOriginal et surtout très simple. J’ai trouvé que l’autrice avait su amener son histoire et ses idées très simplement, sans embrouiller le lecteur et sans en faire des tonnes. Elle a une idée et se concentre sur cette idée sans forcément partir dans des choses qui n’ont ni queue ni tête. Comme quoi parfois la simplicité ça a du bon. Après, cela est mon ressenti personnel. Il m’arrive de lire des romans fantasy ou fantastiques où l’univers est complexe et dans le Passageur ce n’est pas le cas. Matéo voit des fantômes et son but est de les aider à trouver la paix en quelque sorte. Et pour cela il doit se rendre là où le fantôme a vécu, donc cela implique des voyages dans le temps. Et tout ceci est amené de façon très concise et surtout sans être bâclés. J’ai du mal à expliquer ce que j’ai ressenti par rapport à ça, mais tout ce que je peux dire c’est que je suis conquise par les idées de Mel Andoryss. C’est un livre court (moins de 300 pages) alors j’insiste bien sur le fait que rien n’est bâclé ou mis de côté dans ce roman. L’autrice explique bien les choses, prend le temps de nous présenter son univers et de nous y balader.

Ajouter à cela une plume très fluide et très précise, ce livre est un véritable page-turner ! C’est un bon premier tome que Mel Andoryss a écrit et je sais que c’est une saga que je suivrai de très près. Le personnage de Matéo a une histoire assez tragique car il a perdu sa mère et sa grande soeur. Son père lui rabâche tous les jours que c’est de sa faute et n’hésite pas à lui faire comprendre clairement qu’il n’est pas la bienvenue chez lui. Et à l’école, il est le souffre douleur de pas mal d’élèves en raison de ses origines car Matéo est un Rom. Tous ceci fait de lui un personnage très attachant et pour qui on a de la compassion. Les révélations vers la fin du roman m’ont bouleversées car je les ai trouvées vraiment belles et poétiques d’une certaine façon

En conclusion je dirai que j’attends la suite avec impatience ! Je recommande ce livre car l’univers mérite qu’on s’y intéresse un minimum. La fin est belle et il n’y a pas de cliffhanger et je trouve ça vraiment bien. La fin est vraiment une belle conclusion du tome 1 pour ensuite devenir un bon début pour un tome 2. 

Sans titre-2

« La Dévoreuse se tient au centre du tourbillon. Ce ne sont plus des pleurs, ce sont des cris, des morceaux d’âmes que l’on arrache et qui produisent ce son. Dressée au milieu des ombres, la silhouette est un spasme de lumière qui se contorsionne dans le courant, comme si on le torturait. Je lutte comme un forcené pour l’atteindre et soudain je crève la bulle. Au centre du cyclone, le courant se meurt et disparaît pour rugir à l’extérieur de nous. La Dévoreuse est à deux pas de moi, et cette fois-ci, je la vois. »

Publicités

2 réflexions au sujet de “Le passageur, T1 : Le coq et l’enfant de Mel Andoryss”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s