Chronique

Des noeuds d’acier de Sandrine Collette

couv717189Des noeuds dacier de Sandrine Collette 

Avril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux vieillards qui veulent faire de lui leur esclave. Théo n’a pourtant rien d’une proie facile : athlétique et brutal, il sortait de prison quand ces deux vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.

……………..3107950465_1_14_xtZAH0OF

Edition : Le Livre de Poche  Genre : Thriller ◈ 257 pages ◈ Sortie : 3 Février 2014 ◈ Ma note : 14/20

………………3107950465_1_14_xtZAH0OF

 

Quelques mots sur l’auteur…

Sandrine Collette est une romancière française, née en  à Paris. Elle passe un bac littéraire puis un master en philosophie et un doctorat en science politique. Elle devient chargée de cours à l’université, travaille à mi-temps comme consultante dans un bureau de conseil en ressources humaines et restaure des maisons. Elle décide de composer une fiction et sur les conseils d’une amie, elle adresse son manuscrit aux éditions Denoël, décidées à relancer, après de longues années de silence, la collection « Sueurs froides ». Il s’agit Des nœuds d’acier, publié en 2013 et qui obtiendra le grand prix de littérature policière ainsi que le Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne. Ce n’est que le 3 février 2014 que le livre sortira chez les éditions Le Livre de Poche. En 2014, Sandrine Collette publie son second roman : Un vent de cendres qui revisite le conte La Belle et la Bête. Elle aime la campagne profonde, la forêt, la montagne, les vignes. Tout naturellement, elle aime situer ses intrigues dans un univers rural.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – 

Des noeuds d’acier est un thriller psychologique dans lequel un médecin nous raconte l’histoire d’un de ses patients. Ce patient n’est autre que Théo, 43 ans, qui menait une vie normale jusqu’à ce que son frère couche avec sa femme. A ce moment là Théo perd le contrôle de lui même et agresse violemment son frère Max. Cela lui vaudra un séjour en prison pendant plus d’un an. A sa sortie, Théo est toujours remonté contre son frère et il décide d’aller le voir. Max est dans un fauteuil roulant, paralysé des pieds à la tête, ne pouvant plus parler. Théo savoure ce moment et agresse une nouvelle fois son frère mais une infirmière intervient et, pris de panique, il s’enfuit. Convaincue que les flics sont à sa recherche, il décide de se cacher dans un endroit un peu perdu, où personne ne le connait. Il y fait la connaissance de Mr et Mme Mignon, un couple de petit vieux qui dirige une auberge dans laquelle Théo séjournera. Il passe tout son temps libre à visiter la région et à faire des randonnées jusqu’au jour où, il tombe nez à nez avec un homme âgé qui va le séquestrer dans sa cave. C’est à ce moment là que le cauchemar de Théo commence.

3107950465_1_14_xtZAH0OF

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre, je le voyais partout sur les blogs et j’ai vu qu’il été relativement bien noté sur les sites littéraires. J’aime lire des thrillers psychologiques et le résumé m’intéressait. Pourtant, je ne sais pas si c’est parce que j’ai lu il n’y a pas si longtemps Les morsures de l’ombre de Karine Giebel que j’avais adoré, ce livre, moi, il ne m’a pas emballé plus que ça. En lisant les commentaires sur ce roman, je m’attendais réellement à quelque chose de waaouh, tout le monde, ou presque, avait adoré ce livre et l’avait trouvé glauque, poignant, glaçant etc… Et bien pas moi, malheureusement. Je l’ai bien aimé, la psychologie des personnages était intéressante, mais ça s’arrête là. L’histoire en elle même, ne m’a pas transcendée.

Je crois que le problème avec cette lecture, c’est que je l’ai, à tord, comparé au livre Les morsures de l’ombre de Karine Giebel qui part sur la même base, à savoir : une personne kidnappée, séquestrée et torturée par une personne instable psychologiquement. Il en est de même pour le livre Séquestrée de Chevy Stevens. Ces deux livres sont bons, très bons même et je les ai trouvés meilleurs que celui de Sandrine Collette. Meilleurs car en plus d’avoir un côté psychologique intéressant, l’histoire et l’intrigue sont remplies de mystères et il y a un côté suspense, ainsi qu’une enquête policière, que l’on ne retrouve pas dans Des noeuds d’acier. Je trouve que c’est un bémol pour l’intrigue car, du coup, je l’ai trouvé, et ça n’engage que moi, monotone. Les jours passent et se ressemblent, il n’y a pas de suspense ni de rebondissement et j’ai trouvé ça dommage puisque le récit restait, au final, très linéaire. 

3107950465_1_14_xtZAH0OF

En revanche, là où l’auteur a réussi à attirer mon attention et à me captiver c’est dans la psychologie des personnages et de l’histoire. Dit comme ça, ça peut paraître un peu confus ce que je dis mais je vais essayer de vous expliquer. Dans ce roman, j’ai trouvé qu’il y avait une forme de justice. Je m’explique (attention peut-être qu’il y aura un peu de spoil) : Théo est un personnage intriguant, ce qu’il a dans la tête nous intéresse et on a envie de comprendre pourquoi il déteste autant son frère Max. Tout au long du récit, il va nous parler de ses souvenirs et l’on va se rendre compte qu’en réalité son frère n’était pas très sympa avec lui. Mais à côté de ça, Théo n’est pas non plus un modèle de bonté. Il a quand même agressé son frère et ce dernier a fini dans un fauteuil, paralysé à vie. Et Théo se réjouit de ça, de ce qu’il a fait à son frère, tout au long de l’histoire. Il a réussi a ruiné la vie de Max et ce dernier est maintenant prisonnier de son propre corps. Là où je dis qu’il y a une forme de justice dans ce livre c’est que Théo va, d’une certaine façon, finir comme son frère. Lui aussi n’aura plus d’avenir car il sera prisonnier de son esprit. Il sera a jamais hanté par ce qu’il aura vécu et finira probablement sa vie dans un hôpital psychiatrique. Cela peut paraître bête mais j’ai aimé cet aspect là de l’histoire. Alors peut-être que c’est moi qui va trop loin dans mes interprétations mais, je ne sais pas, j’ai aimé que les choses partent dans ce sens. Je crois que, j’aurai mal digéré le fait que Théo s’en sorte. Car malgré le fait qu’il soit séquestré et torturé, c’est un personnage qui ne m’a pas emballé plus que ça. Je n’ai pas réussi à ressentir de la sympathie ou de la pitié pour lui, tout simplement parce qu’il passe son temps à vouloir le malheur des autres et à se réjouir de celui-ci. 

3107950465_1_14_xtZAH0OF

Un dernier mot concernant la plume de l’auteur, je l’ai bien aimé personnellement. Sandrine Collette utilise des mots simple mais efficace et le livre se lit très bien. Elle a parfaitement réussi à décrire la cruauté des Humains, que ce soit par le biais des deux petits vieux qui torturent Théo que par le biais de Théo lui-même, qui passe son temps à se réjouir du malheur des autres à et la souhaiter. 

Pour conclure je dirai que Des noeuds d’acier est un thriller psychologique intéressant dans le fond mais pour être honnête je m’attendais à mieux et j’ai aussi lu mieux dans ce genre là. Cela dit, bravo à Sandrine Collette pour avoir si bien décrit les sentiments des personnages et surtout pour avoir décrit la « destruction », petit à petit, du personnage de Théo. 

Sans titre-2

« Un homme mourait et, depuis le ciel, il contemplait sa vie qui se matérialisait comme une immense plage sur laquelle il voyait cheminer les marques de ses propres pas. À côté, il y avait d’autres traces de pas: celles de Dieu, qui l’accompagnait. Mais aux moments les plus difficiles de son existence, il n’y avait plus qu’une seule marque de pas. Alors l’homme demandait à Dieu pourquoi il l’avait abandonné quand il avait le plus besoin de lui. Et Dieu répondait: Je ne t’ai pas abandonné. Dans ces moments-là, c’est moi qui te portais. »

« Les arbres font des signes avec leurs bras dépouillés. Le vent mugit en leur passant entre les branches comme une main impudique. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s