Chronique, Coup de ♥

Apostasie – Vincent Tassy

dqssq.png

Vincent Tassy est né en 1989. Il vit actuellement en Savoie. Outre son métier de professeur de lettres, il est rédacteur pour Obsküre Magazine et musicien dans le groupe Angellore. En février 2012, il publie « Pour Oublier les Chrysanthèmes », sa première nouvelle, dans la revue La Salamandre. En juin 2013, il obtient le Prix Merlin 2012 de la nouvelle pour « Mademoiselle Edwarda » qui figure au sommaire de l’anthologie Vampire Malgré Lui (Éditions du Petit Caveau). Son premier roman, Apostasie, qui mélange vampires, fantasy et horreur dans une atmosphère mélancolique, paraît aux éditions du Chat Noir en avril 2016. Il travaille actuellement sur la traduction d’un texte de science-fiction et sur son prochain roman, entre autres nouvelles et compositions musicales.

Sources : Editions du Chat Noir.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Si je pouvais résumer cette lecture en trois mots je dirai : Coup de coeur ! 

« Apostasie » nous raconte l’histoire d’Anthelme, un jeune homme qui a décidé de vivre en dehors de la société, dans une forêt mystérieuse aux feuilles et aux arbres couleur rouge sang. Il n’a pour seule compagnie des livres qu’il emprunte à la bibliothèque. Car, oui, Anthelme est un passionné de lecture et de littérature fantastique. Un jour, dans le rayon des nouvelles parutions, il va tomber sur un livre qui parle du lieu où il vit : la Sylve Rouge. Il n’est donc pas le seul à connaître l’existence de cet étrange endroit. C’est lorsqu’il rencontre, Alvaron, l’auteur du livre, que sa vie va prendre un nouveau tournant. L’écrivain va lui donner rendez-vous au coeur de la Sylve rouge, à la maison des Effraies, un lieu ou vit un être beau comme la mort et suceur de sang du nom d’Aphelion. Ce dernier va alors lui conter l’horrible histoire de la princesse Apostasie. Une histoire remplie d’horreur et de sang. 

3124709553_1_5_k5NzOVq6

La première chose que j’ai envie c’est : quelle pure merveille ! Ce roman est une véritable pépite et la plume de Vincent Tassy y est pour beaucoup. Cette plume elle est magique car elle vous envoûte en quelques secondes. C’est vraiment un récit de qualité comme j’en ai rarement lu. L’écriture est très bien travaillée, délicate, précise et surtout poétique. La poésie c’est le centre même de cette lecture, je me suis laissée emporter par elle dans l’univers d’Anthelme. Un univers sombre, macabre, pleins de  sang et de magie, qui est à la fois mélancolique et malsain. Cette histoire est un véritable bouillon d’émotions et de sentiments. Le lecteur ressent à la fois un profond malaise, une gène même et de l’émerveillement. L’intrigue est sombre et lumineuse à la fois, romantique et macabre, pleine d’horreur et de douceur, d’amour et de haine, de fleurs, de magie et de sang. L’auteur arrive parfaitement à jongler entre ces différentes choses qui sont à l’opposé les unes des autres. Je salue le talent de Vincent Tassy !

3124709553_1_5_k5NzOVq6

Dans « Apostasie », l’histoire est divisée en trois parties qui contiennent chacune des chapitres assez courts qui facilite la lecture car celle-ci est parfois ponctuée de longueur. Oui car malgré la beauté du récit et de la plume de l’auteur j’ai trouvé que certains passages étaient parfois assez lent et long. Pour ma part, ça ne m’a pas vraiment dérangé, ça n’aura aucune incidence sur ma note et ça n’enlève en rien tout le charme de ce livre, mais il faut quand même le signaler.

3124709553_1_5_k5NzOVq6

Concernant les personnages, Anthelme est un jeune homme sensible, fragile, solitaire et tellement triste. J’ai été touchée par son besoin de solitude, par sa passion pour la littérature de l’imaginaire, par sa détermination à croire en Apostasie et par son émerveillement face à la nature mystérieuse qui l’entoure. C’est un personnage auquel on s’attache assez facilement. Tout comme le lecteur il est envoûté par Aphelion et par le conte sur Apostasie. Et en parlant d’Apostasie j’ai trouvé son histoire si bien racontée, avec une précision dans la description des lieux et des sentiments, qu’elle m’a bouleversé. C’est une histoire belle et triste à la fois. L’histoire de ses parents m’a également chamboulée. Sa mère, Lavinia, aime éperdument son père depuis le premier jour mais ce dernier ne partage pas cet amour et en aime une autre, Elaine. Bien que Lavinia, ait fait des choses horribles j’ai ressenti de la peine et de la compassion pour elle. Quant à Ambrosius c’est un personnage qui m’a fasciné. Il est tellement brillant, tellement doué mais tellement mélancolique. Il vit dans le désespoir et ne rêve que d’une chose c’est de mourir, car sa condition de vampire le ronge de l’intérieur et le rend fou. Il veut être libéré de ce fardeau qu’est l’immortalité. C’est un personnage vraiment intéressant qui amène le lecteur à se poser des questions sur la mort. Quand on regarde son parcours on pourrait se dire : ma foi, il y a bien pire que la mort. Globalement, j’ai aimé la plupart des personnages de ce roman, même Aphelion, pour lequel, d’une certaine façon, j’ai ressentie de la fascination, cela dit j’aurai aimé en apprendre un petit plus sur lui, sur ses origines, sur son histoire etc… Mais de manière générale, les personnages sont très bien travaillés et très bien décrits, ils sont loin d’être fades

3124709553_1_5_k5NzOVq6

Pour conclure je dirai qu’Apostasie est un roman aux qualités multiples. Je n’ai pas trouvé de gros défauts à ce récit, à part quelques longueurs qui ne m’ont pas spécialement dérangées mais qui pourraient peut-être embêter certains. C’est une histoire remplie de poésie que j’ai adoré ! Ce fût une merveilleuse découverte et un gros coup de coeur pour moi. Je le recommande vivement.

Cependant, attention, il y a quand même un point à souligner c’est que certaines scènes sont parfois macabres voir même violentes donc j’ai envie de dire : âmes sensibles s’abstenir. 

Coup de coeur ! 

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Sans titre-2

« Il est des secrets qu’aucune histoire n’a jamais révélés. A leur faire noircir des pages, à les livrer à l’incertitude de l’avenir, on aurait trop peur de les salir. On préfère les garder au fond de soi ; que leur immortalité ait la pureté de l’éther, pas la noirceur de l’encre. »

« C’est ce qu’il faut faire, étreindre ce qu’on ne reverra plus, étreindre ce qui va tomber en poussière, étreindre ce qui me tue. Étreindre l’ombre, le corps enfoncé dans sa propre nuit, et fermer les yeux, comme lui, et se fermer le cœur, comme lui; que tout se taise. »

Publicités

6 réflexions au sujet de “Apostasie – Vincent Tassy”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s